Josie Desmarais/Métro La voie Camillien-Houde sur le mont Royal.

À deux semaines du début du projet pilote qui empêchera le transit sur la voie Camilien-Houde, l’organisme Les amis de la montagne rappelle le voiture ne doit pas disparaître entièrement du mont Royal, car l’accessibilité universelle de l’ensemble de la montagne doit demeurer une priorité.

Dans un forum organisé jeudi soir, l’organisme voulait éclairer les citoyens sur les débats qui agitent le mont Royal depuis le décès du cycliste Clément Ouimet en septembre 2017, tué à la suite d’un choc avec une voiture qui effectuait un demi-tour illégal sur la voie Camilien-Houde.

«On a vraiment une vision d’ensemble, précise d’emblée Myriam Grondin, cheffe de la défense des intérêts du mont Royal. Le mont Royal à trois sommets, soulève-t-elle, pour rappeler l’importance de prendre en compte toutes les voies d’accès.

Si Les amis de la montagne souhaitent que soit réduit le nombre de véhicules sur la voie Camilien-Houde, la solution la plus réaliste pour que cohabitent sainement voitures, cyclistes et piétons, reste un accotement avec une vitesse réduite, défend l’organisme. «Nous, notre vision amène de grands principes, après ça, c’est aussi aux équipes de la Ville d’identifier vraiment comment les mettre en place», indique Mme Grondin. Dans tous les cas, Les amis de la montagne ne souhaitent pas voir disparaître totalement la voiture.

«Pour nous c’est important de conserver la voiture, de lui permettre d’accéder au secteur de la montagne, c’est le seul accès véhiculaire pour les ainés, on a un objectif d’accessibilité à tous», soutient-elle. L’organisme souhaite aussi que le service de bus soit plus fréquent tout au long de l’année, et pas seulement pour les beaux jours.

L’organisme miserait également sur des «aménagements dissuasifs, une tarification de passage» ou l’élimination complète du trafic à certaines heures de la journée.

Le projet pilote, qui se déroulera du 2 juin au 3 octobre, comprend aussi une consultation publique. À l’issue de l’expérience, la Ville pourrait prendre la décision de fermer ou non le transit sur la voie Camillien-Houde.

«Il est certain que les amis de la montagne auraient souhaité avoir une consultation publique sur la vision globale d’accessibilité à la montagne en cours d’élaboration», regrette Myriam Grondin, qui explique qu’il aurait été important de prendre en compte les autres voies d’accès a mont Royal, et pas seulement la voie Camilien-Houde.

L’organisme veut rappeler que sa voix compte, notamment auprès des décideurs, lorsque viendra le temps de trancher dans l’épineuse question de la place de la voiture sur la montagne.

Les amis de la montagne préfèrent rester prudents et attendre de voir les résultats du projet pilote avant de prendre position sur la place de la voiture sur Camilien-Houde.

«L’OCPM a un mandat très précis, nous, on va jouer un rôle de conseil sur le terrain, s’il y a un enjeu de sécurité d’accessibilité que l’on remarque, c’est notre devoir de le communiquer rapidement à la Ville de Montréal», précise Myriam Grondin.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!