Félix O.J. Fournier/Archives Métro Média De fortes inondations ont touché le nord-ouest de l'île au printemps 2017.

Des catastrophes naturelles aux attentats terroristes en passant par la contamination de l’eau potable et les infrastructures vieillissantes, la Ville souhaite se préparer à toute éventualité avec sa Stratégie montréalaise pour une ville résiliente, la première du genre au pays, qui a été présentée lundi. L’objectif de ce plan est d’anticiper le pire dans le but de mieux répondre aux situations d’urgence.

Les inondations survenues dans le nord-ouest de la métropole en 2017, qui ont mis la résilience de nombreux Montréalais à l’épreuve, ont «mis en lumière le besoin de concertation des services de la Ville en matière de planification», peut-on lire dans le document d’une soixantaine de pages disponible sur le web.

Le plan de cinq ans prévoit une série d’actions à prendre pour mieux préparer la ville aux défis qui pourraient l’attendre. Développer une méthode d’analyse de risques liés au transport ferroviaire de matières dangereuses – indéniablement en raison de la tragédie de Lac-Mégantic, en 2013 –,  sensibiliser aux changements climatiques, créer des ateliers de préparations d’urgence, consolider l’hébergement temporaire…Toutes ces mesures doivent être développées au cours des cinq prochaines années. Un bilan sera réalisé à mi-chemin, en 2020.

De plus, la Ville souligne que ses mécanismes de surveillance sont éparpillés à travers les différentes structures de l’administration municipale. Dans le cadre de sa stratégie, la Ville souhaite centraliser la surveillance dans un «centre de vigie multirisque» afin de mieux anticiper les événements à risque, comme les attaques terroristes, et de répondre efficacement si une telle situation devait se produire.

La stratégie publiée lundi est l’œuvre du Bureau de la résilience, créé à cette fin en mai 2016. Le bureau a été mis en place à la suite de l’adhésion de Montréal au programme 100 Resilient Cities de l’organisation philanthropique new-yorkaise Rockefeller Foundation en décembre 2014. Montréal a été la première ville canadienne à se joindre à cette initiative. Elle a rapidement été rejointe par les villes de Toronto, Vancouver et Calgary.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!