Archives Métro Les promoteurs ne seront plus forcés à construire des espaces pour voitures.

Les normes minimales de stationnement pour les nouvelles constructions dans l’arrondissement de Ville-Marie seront retirées, ce qui ne forcera plus les promoteurs à construire des espaces pour voitures, a annoncé la mairesse de Montréal, Valérie Plante, lundi.

Un projet de règlement en ce sens sera voté mardi soir au conseil d’arrondissement. «Il faut dépoussiérer ces façons de faire. Dans plein d’arrondissements, ça ne se fait plus et moi, je voulais envoyer un message d’ouverture aux promoteurs immobiliers», a justifié celle qui est aussi mairesse de Ville-Marie.

Jusqu’à maintenant, les promoteurs devaient minimalement construire soit une place de stationnement par cinq logements ou une par logement, selon la grandeur du projet. Ce quota pouvait être divisé par deux quand le projet immobilier était situé à moins de 500m d’une station de métro.

Les promoteurs ne se conformant pas à cette pratique devaient débourser une pénalité. «Ça coûte quand même près de 80 000$ une case de stationnement. On veut donner la flexibilité aux promoteurs de décider si c’est vraiment nécessaire de construire des cases de stationnement, en fonction de la population visée et de la proximité ou non du transport en commun», a souligné la mairesse.

Mme Plante ne craint pas une pénurie de stationnements dans les nouveaux projets immobiliers. «Les promoteurs en construisent parce que c’est une demande [des acheteurs de condos]. On pense que le marché va se régulariser tout seul», a-t-elle soutenu.

Parallèlement à la levée de cette restriction, l’arrondissement exigera davantage de places pour garer des vélos. Les édifices de plus de huit logements devront installer une place de vélo par trois unités plutôt que par cinq unités auparavant. Valérie Plante a dit que cette mesure fait partie de sa «vision» du centre-ville.

Les édifices commerciaux qui offrent un stationnement intérieur de plus de 20 places pour les bicyclettes devront également maintenant construire un vestiaire-douche.

Consultation pour le règlement du 20-20-20 
La mairesse a effectué cette annonce dans le cadre d’un discours devant des membres de la communauté de l’immobilier, sur invitation de l’Institut de développement urbain (IDU).

Ce «geste d’ouverture» arrive au moment où la magistrate de Montréal souhaite négocier avec cette industrie pour instaurer un règlement sur le nombre minimal de logements sociaux, abordables et pour les familles, une promesse portée l’an dernier en campagne électorale.

«Avec le statut de métropole, on peut maintenant exiger que les projets immobiliers aient 20% de logements abordables, 20% de logements sociaux et 20% de trois chambres et plus pour les familles, a rappelé Valérie Plante. Le règlement va entrer en vigueur l’été prochain, alors on a une année complète pour travailler avec les différents acteurs. C’est la source d’inquiétude pour eux [les promoteurs].»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!