Nicolas Ledain / Guide de Montréal-Nord

L’administration de Valérie Plante fait volte-face. Elle a décidé de s’acquitter de la facture de 285 000$ pour le déplacement de poteaux d’Hydro-Québec dans le projet d’aménagement de vélorues sur le Plateau–Mont-Royal, plutôt que de la refiler à l’agglomération.

Dans une décision prise cette semaine au comité exécutif, la Ville de Montréal a accordé un contrat à Hydro-Québec pour modifier la localisation de 33 de ses poteaux sur la rue Saint-André, entre les rues Cherrier et Marie-Anne, et d’imputer la dépense à la ville-centre. Les travaux doivent avoir lieu à l’hiver 2019.

Il s’agit d’un changement de position de l’administration municipale puisqu’en juin, elle avait fait voter une résolution au conseil d’agglomération afin que la facture soit payée par l’ensemble des villes de l’île de Montréal.  Elle s’appuyait sur un décret adopté en 2005 par Québec qui stipulait que les dépenses liées au «réseau cyclable pan-montréalais» doivent être absorbées par l’agglomération. La part de la facture assumée par les villes liées se situait à 17%. Celles-ci avaient malgré tout signifié leur dissidence au conseil d’agglomération, ce qu’avait déploré le président du comité exécutif, Benoit Dorais, en critiquant leur «interprétation fort restrictive».

Réunies au sein de l’Association des municipalités de banlieue (AMB), les villes liées avaient présenté en juillet une requête devant la Cour supérieure afin que la Ville de Montréal fasse marche arrière, en arguant que cette dépense «n’a rien à voir avec le réseau cyclable». Elles soulignaient que le déplacement des poteaux d’Hydro-Québec permettrait plutôt «de créer des conditions de marches plus conviviales et sécuritaires» et «facilitera aussi le déneigement des trottoirs», en s’appuyant sur des documents du conseil d’agglomération.

L’attachée de presse du comité exécutif, Youssef Amane, a expliqué jeudi ce revirement en indiquant qu’«après discussions avec les villes liées et dans un esprit de grande collaboration, c’était la solution qui convenait à toutes les parties».

Le maire de Montréal-Ouest, Beny Masella, refuse pour sa part de crier victoire. «Je le vois plutôt comme une autre étape pour améliorer nos relations avec Montréal», a-t-il dit jeudi, en entrevue à Métro.

«Nos avocats et leurs avocats se sont mis ensemble et ils ont vu qu’on avait raison, a-t-il ajouté. Nous ne sommes pas allés devant la cour. Ça ne sert à rien de dire « on a gagné, ils ont perdu ».»

L’AMB a dépensé «un peu plus de 5000$» en frais d’avocats. Cette facture sera payée grâce aux contributions de ses membres, soit les 15 villes liées.

À l’avenir, M. Masella entend demeurer vigilant à l’endroit de la Ville de Montréal. «Même si les choses n’ont pas été faites de mauvaise foi, on a la responsabilité de poser des questions pour s’assurer que les choses se font comme il faut», a-t-il insisté.

À la fin du mois d’août, les maires de villes liées ont rencontré le président du comité exécutif, Benoit Dorais, à l’hôtel de ville de Westmount pour discuter des relations entre les villes qui forment l’île de Montréal. Cette réunion s’est avérée fructueuse, d’après Beny Masella. Des comités ont été formés pour réfléchir entre autres au processus budgétaire, aux quotes-parts des villes liées et à la gouvernance de l’agglomération.

«Ça fait neuf ans que je suis maire d’une petite ville et je n’ai jamais vu ce niveau d’avancement. J’ai confiance que ça va bien aller, [mais] on va être vigilant pour s’assurer que les droits de tout le monde soient respectés.»

Au début de l’année, les villes liées avaient demandé à la nouvelle administration municipale de réviser ses prévisions budgétaires puisqu’elles comprenaient une hausse de 5,3% de leur contribution à l’agglomération. La mairesse Valérie Plante avait refusé, mais elle avait invité les maires à la discussion.

«On espère que cette année, ça sera mieux, a dit le maire de Montréal-Ouest. On n’est pas impliqué dans la préparation du budget. On espère que le budget respectera la hausse de l’inflation.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!