Archives Métro L'Hôtel de Ville de Montréal

La Ville présentera mardi son budget pour 2013. Un budget particulier pour deux raisons. Tout d’abord, les premiers témoignages à la commission Charbonneau sont en train d’écorcher l’administration du maire Gérald Tremblay, dont ce pourrait être le dernier budget. Aussi, l’année 2013 sera une année électorale. Le budget présenté mardi risque donc d’être riche en cadeaux, au détriment possible des finances déjà serrées.

Bilan de 2012
La Ville prévoyait en septembre un surplus de 82 M$ à la fin de 2012. Elle est toutefois aux prises avec une dette élevée qui gruge 16,4% de ses dépenses et s’est engagée dans d’importants travaux de réhabilitation des infrastructures. Mais ce sont surtout ses régimes de retraites qui plombent ses comptes (581 M$, soit 13% du budget), malgré les nombreux efforts pour y remédier. Les démarches de réduction du personnel de 1000 personnes et le lobbying pour faire avancer ses dossiers de financement auprès du gouvernement n’ont pas été un grand succès, déplorent les deux partis d’opposition.

Hausse de taxes en 2013
En septembre,  le service des Finances envisageait une hausse des dépenses de 3,8% (2,5% en excluant le fonds de l’eau pour rénover les infrastructures qui fuient). La hausse de taxes anticipée était de 3,4%, soit 0,4% de plus que la hausse de 2012. On saura mardi si ces prévisions étaient exactes. Le arrondissements verront probablement leur budget augmenter de 41 M$ (+ 4,3%) à la faveur d’une refonte de leur mode de financement et de leurs responsabilités. Cela devrait permettre d’améliorer les services de proximité.

Des demandes nombreuses
La Chambre de commerce du Montréal métropolitain demande à la Ville de «résister à la tentation de hausser l’impôt foncier au-delà de l’inflation, ce qui nuit à l’environnement d’affaires». Elle ne sera vraisemblablement pas entendue. «Avec la hausse anticipée, l’augmentation  du taux de taxes foncières aura bondi de 16,8% en quatre ans, alors que l’augmentation des prix à la consommation sera de 9% entre 2010 et la fin de 2013», note la chef de Vision Montréal, Louise Harel. Elle demande à la Ville d’imiter le gouvernement et d’éliminer les bonis offerts aux cadres, qui peuvent atteindre 4,5% en plus de l’inflation. Le parti Projet Montréal demande de geler le compte de taxes. «D’énormes sommes d’argent peuvent être dégagées en faisant le ménage à la Ville», selon le parti.

Investissements prévus
Le budget des investissement 2013-2015 est en baisse de 10% pour atteindre 4,1 G$. Faute de financement gouvernemental, le tramway ne figure plus vraiment au menu. Ce n’est pas le cas de plusieurs projets routiers comme les réaménagements de l’autoroute Bonaventure (89 M$) et du carrefour Pie-IX-Henri-Bourassa (34 M$). Les voies réservées sur Pie-IX  (33,4 M$) et le train de l’Est sont encore au menu, malgré les retards. Du côté de la direction de l’eau, environ 300 M$ par année sont prévus pour la réhabilitation des conduites, la mise à niveau des usines et des réservoirs et surtout pour le projet d’ozonation des eaux usées. Des sommes importantes (252 M$) seront aussi investis dans les espaces verts, dont la moitié ira au parc du Mont-Royal.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!