Tirée de YouTube Guillaume Tourangeau

Un Montréalais est sur le point d’ouvrir ce qu’il dit être le tout premier bar-salon sans alcool à vocation zéro déchet au Québec. Le jeune entrepreneur Guillaume Tourangeau entend y arriver par la commercialisation des élixirs, une boisson «pensée et équilibrée pour revigorer le corps et l’esprit».

Futur lieu «d’avant-garde» à Montréal, selon l’entrepreneur, ce nouvel établissement misera sur cette boisson qui ne contient que des aliments bénéfiques pour le corps humain, aux dires du principal intéressé, pour établir sa marque de commerce rapidement. Des plantes, des racines, des champignons ou d’autres aliments utilisés pour leurs propriétés bienfaisantes, «qu’elles soient énergisantes, aphrodisiaques, calmantes ou aidantes à la concentration», entrent dans la composition dudit breuvage, selon l’ancien étudiant en commerce de l’Université Laval.

L’entreprise de Guillaume Tourangeau, Artélixir, travaille à l’élaboration de ce projet de bar-salon depuis maintenant plusieurs années. Au-delà de son offre de produits, la compagnie voit en son futur établissement «un lieu idéal pour rencontrer du monde enrichissant dans une ambiance paisible», qui offrirait notamment des ateliers et des conférences sur le mieux-être ainsi que des soirées festives et artistiques «pour décrocher complètement».

«Un lieu pour se rassembler, œuvrer et fêter. Où tous les éléments sur le menu sont complètement géniaux pour la santé. Et où l’ambiance stimule la liberté et la co-créativité.» Guillaume Tourangeau

Certains autres produits seront servis dans l’établissement, comme des cocktails sans alcool ou des smoothies.

Entouré de plusieurs autres personnes dans son équipe, Guillaume Tourangeau dit utiliser des ingrédients 100% biologiques et locaux dans la préparation de ses élixirs, tout en minimisant sa production de déchets au maximum. Pour ce faire, son groupe a notamment conclu un partenariat avec NousRire, un groupe d’achat d’aliments biologiques et écoresponsables en vrac, qui opère un peu partout au Québec.

En pleine conception
«Nous avons déjà testé le concept de ce bar lors de nombreux rassemblements et fêtes qui ont attiré des milliers de personnes, affirme le jeune homme d’affaires. Le dernier évènement que nous avons organisé a eu lieu aux Jardineries, au Stade Olympique de Montréal et a été un succès retentissant.»

«Tu n’auras jamais rien bu de pareil, promet-il aux personnes qui seraient intéressées par son projet. Il décrit celui-ci comme un lieu où on construira «le nouveau monde le jour» et où on le célébrera le soir.

Lui qui a grandi en campagne avec des parents «pionniers de l’alimentation bio», Guillaume Tourangeau dit vouloir ramener le pouvoir de la nature «là où on en a besoin». Il affirme également avoir réussi à «magnétiser une équipe incroyable», dont un master des élixirs «qui a investi des dizaines de milliers de dollars et heures pour vous concocter de la magie, directement de la force de la nature», souligne-t-il.

En moins de deux semaines, l’équipe d’Artélixir a déjà recueilli plus de 3200$ sur un objectif de 10 000$, via Ulule, un site permettant le démarrage de campagnes de sociofinancement en ligne, un peu comme La Ruche ou KickStarter.

«Il est évident que nous ne couvrirons pas tous les frais avec 10 000 $ mais nous obtiendrons la base pour obtenir du financement qui est déjà en cours», explique l’entrepreneur, qui affirme que le plus grand montant sera le mieux. Avec les fonds, il souhaite notamment faire l’acquisition d’un réfrigérateur zéro déchet à Montréal (valeur de 8000$). Des détaillants offrent ce produit relativement niché sur le Plateau–Mont–Royal, mais aussi dans Mile-End, Hochelaga, Rosemont, Jean-Talon et Jarry.

Guillaume Tourangeau indique qu’il utilisera également les fonds recueillis pour acquérir plusieurs aliments biologiques en vrac dont il aura besoin pour son projet.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!