Josie Desmarais/Métro L'hôtel de Ville de Montréal

L’entrepreneur Pomerleau, à qui l’administration municipale a confié la gestion de la rénovation de l’hôtel de ville, ne pourra pas soumissionner sur les autres contrats reliés à ce chantier, a appris Métro.

«Considérant que Pomerleau inc. est un entrepreneur général et considérant qu’il fera partie intégrante de l’équipe de projet hôtel de ville, il lui sera impossible de soumissionner à titre d’entrepreneur spécialisé lors des appels d’offres de lots de travaux du projet hôtel de ville», a indiqué jeudi à Métro la relationniste à la Ville de Montréal, Audrey Gauthier.

Mercredi, le comité exécutif a octroyé à Pomerleau un contrat de 12,6M$ pour que l’entreprise soit en charge de «coordonner les activités des entrepreneurs et sous-traitants», de «livrer un bâtiment rénové et ses aménagements complétés dans le respect de l’échéancier», de «respecter le budget», de conseiller la Ville et de «planifier et ordonnancer tous les travaux de préparation des documents d’appel d’offres, de construction, les approvisionnements et le préachat d’équipements».

Or, selon les coûts estimés par la Ville, plus de 100M$ en contrats restent à être octroyés pour la rénovation majeure du bâtiment qui commencera en juin prochain.

Ces contrats ne pourront être convoités par Pomerleau, qui préparera en grande partie les appels d’offres.

La supervision de chantier par des firmes externes n’est pas nouvelle à la Ville. Ce sont souvent des firmes de génie-conseil qui la réalisent. Cette fois-ci, toutefois, il s’agit d’une entreprise qui fait aussi dans la construction, une façon de faire qualifiée d’«inédite» par la Commission sur l’examen des contrats.

«Les membres de la Commission croient tout de même qu’il faudra suivre de près l’évolution des travaux. À ce chapitre, il n’est pas exagéré d’affirmer que les responsabilités de la gérance du chantier seront considérables», est-il écrit dans le rapport.

Selon la Ville, cette façon de faire, couplée à une gestion des rénovation en lots, permettra d’être plus agile. «Cette pratique permettra de réaliser plus rapidement et efficacement les travaux, ce qui permettra de réaliser des économies de temps et d’argent. De plus, la Ville pourra tirer profit de l’expérience du gérant de construction au stade de préparation des plans et devis», a soutenu Mme Gauthier.

Pourtant, le contrat octroyé à Pomerleau dépasse de 22% les estimations de la Ville pour la gestion de chantier. Les services municipaux croyaient payer 9,8M$ pour ce service et non 12,6M$.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!