Pablo Ortiz/Métro

La Ville de Montréal souhaite qu’une application mobile soit créée pour permettre de signaler et géolocaliser les cas de harcèlement dans les transports en commun.

Le conseil municipal a voté en faveur d’une motion en ce sens mardi. Alors que l’opposition, Ensemble Montréal, souhaitait que la Société de transport de Montréal (STM), «crée une application», la motion a été modifiée par Projet Montréal pour que le conseil municipal «invite» la STM à «étudier la création» d’une telle application en collaboration avec les autres instances de transport et le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

«L’absence de statistiques nous empêche de pouvoir reconnaître ce fléau et la situation est tolérée, a déploré mardi la conseillère d’Ensemble Montréal Karine Boivin-Roy. Le nombre de crimes sexuels rapportés a triplé dans les cinq dernières années. Le harcèlement continue de sévir dans les transports en commun, sans que personne ne puisse trouver une solution.»

«La STM encourage [les femmes] à laisser tomber leur démarche de plainte et renvoie les plaintes au SPVM, d’une manière pas documentée», a-t-elle rapporté.

L’administration de la mairesse Valérie Plante a dit reconnaître l’importance de cet enjeu et qu’elle «travaillait déjà» à ce dossier, notamment avec le Centre d’éducation et d’action des femmes de Montréal.

Une campagne de sensibilisation sera aussi menée auprès du public et les employés de la STM seront formés à reconnaître les cas de harcèlement.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!