Josie Desmarais/Métro Lionel Perez et Karine Boivin-Roy.

Ensemble Montréal plaide pour la nomination d’un(e) commissaire à la Ville auprès de la communauté LGBTQ+, avec pour objectif de mieux représenter la réalité et les préoccupations de celle-ci au quotidien.

Une motion sera déposée en ce sens lors de la prochaine séance du conseil municipal, prévue le 17 décembre. C’est la conseillère du district de Louis-Riel, Karine Boivin Roy, qui est derrière le projet.

Malgré son caractère «vibrant», la communauté LGBTQ+ de Montréal fait encore face à plusieurs enjeux, d’après l’élue municipale. Elle cite «la discrimination, l’itinérance, le manque de ressources communautaires et l’absence de recherche et de données sur les défis qui lui sont propres».

En août dernier, Valérie Plante avait annoncé la tenue de consultations publiques, en 2019, sur les besoins et les enjeux des personnes LGBTQ+, en vue de la création d’une première politique de la diversité sexuelle et de la pluralité des genres à la Ville. La mairesse avait aussi fait mention «d’un(e) agent(e) de liaison auprès de la communauté», a rappelé Mme Boivin Roy.

À ses dires, le programme même de Projet Montréal, lors de son accession au pouvoir en 2017, «proposait des mesures pour faire de Montréal une ville encore plus accueillante». Soutenue par son chef de parti, Lionel Perez, elle dit maintenant attendre des résultats, et demande à l’administration Plante de lancer un appel de candidatures pour combler un poste de commissaire «dans les meilleurs délais».

«On veut que Mme Plante accouche de ses promesses. On veut lui rappeler que c’est attendu depuis longtemps.» -Karine Boivin Roy, conseillère du district de Louis-Riel.

Ce commissaire devrait selon elle être «impliqué» dans la rédaction de la politique de diversité sexuelle en mobilisant les membres de la communauté pour mieux représenter leurs idées.

Il faudra également trouver des outils à la Ville, dit la conseillère, pour soutenir la diversité des genres en tant qu’employeurs et combattre la discrimination à l’embauche. «Le village, comme bien d’autres secteurs, se transforme. Sa vocation est appelée à changer avec la venue de plusieurs projets immobiliers. Ce sont des choses qu’il faut aussi considérer, surtout quand on sait qu’il y a un manque de locaux pour les organismes communautaires», a noté Mme Boivin Roy.

«On parle toujours de Montréal comme une métropole de réconciliation et de vivre-ensemble. Ce serait une bonne occasion de le démontrer», a-t-elle martelé.

Prématuré, dit la Ville
Joint par Métro, le cabinet de la mairesse Valérie Plante s’est dit «ouvert» à l’idée, avec toutefois certaines réserves.

«Il est prématuré de créer un poste de commissaire à ce stade-ci, parce que la Ville est déjà engagée dans un processus rigoureux d’études et de consultations publiques, en partenariat avec les acteurs et organismes du milieu.» -Le cabinet de la mairesse

Voulant «laisser le milieu s’exprimer» avant toute chose, la Ville estime que l’opposition «défonce une porte ouverte et veut décider elle-même de ce qui serait nécessaire, avant de consulter le milieu».

«C’est à la lumière des données qui auront été recueillies auprès de toutes les parties prenantes et analysées de façon objective, que nous pourrons déterminer les actions que l’administration devrait poser au regard des besoins que les organismes et les citoyens auront signalés comme prioritaires», a ajouté le cabinet.

Un comité de pilotage devrait d’ailleurs bientôt être constitué pour les consultations publiques devant se tenir l’an prochain. Ses travaux, «soutenus par une ressource externe», conseilleront la Ville pour «stimuler la participation citoyenne et formuler des recommandations».

Montréal vise à obtenir un rapport final l’été prochain, avec plusieurs axes dont «la réalisation d’un portrait des ressources LGBTQ [et] une recherche documentaire».

Rappelons qu’en août dernier, la mairesse Valérie Plante avait annoncé que la métropole montréalaise sera candidate pour être hôte de la prestigieuse World Pride, en 2023, un événement réunissant chaque fois des milliers de personnes sur une période d’environ une semaine.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!