Josie Desmarais

Une douzaine de publicités de Suicide Action Montréal ont fait leur apparition mercredi dans la station de métro Berri-UQAM. Les affiches faisant la prévention du suicide seront installées dans une quinzaine de stations d’ici le printemps. La Société de transport (STM) vise éventuellement à en avoir dans tout son réseau.

«C’est un peu l’aboutissement d’une démarche qu’on a entamée avec des experts et des chercheurs pour essayer de voir comment on peut mieux connaître ce phénomène-là, a expliqué à Métro la porte-parole de la STM, Isabelle Tremblay. On commence avec un projet pilote à Berri-UQAM, parce que c’est le carrefour le plus achalandé.»

D’ici quelques mois à peine, plusieurs stations sur la ligne orange pourraient être ciblées par l’opération publicitaire, qui est le fruit d’une collaboration entre la STM et l’organisme Suicide Action Montréal initiée en février dernier. «Pour l’instant, on va privilégier les stations branchées au réseau cellulaire pour permettre aux gens d’appeler la ligne d’assistance», a dit Mme Tremblay.

Elle a toutefois souligné qu’avec le prolongement du réseau mobile, la campagne s’étendra à l’ensemble des stations. «Peut-être que le format changera un peu, mais ça restera dans le même esprit. À Berri-UQAM, on voulait procéder le plus rapidement possible», a-t-elle avancé.

«Les employés de la STM sont aussi très sensibilisés à la problématique. Tous peuvent intervenir et on encourage les gens à aller les solliciter en cas de besoin.» -Isabelle Tremblay, porte-parole de la STM.

Chaque année, la STM recense une vingtaine de tentatives de suicide dans le réseau de métro. Comme le sujet est délicat, l’organisation dit tout mettre en place pour bien choisir ses mots. «Quand il y a des interruptions liées à une tentative de mort violente, on parle toujours de services d’urgence, a rappelé la porte-parole. On demeure très prudents dans notre façon de communiquer, parce que oui, c’est un enjeu sensible.»

D’une ville à l’autre, les pratiques changent en matière de prévention du suicide, a rapporté un reportage de Radio-Canada jeudi. La situation est effectivement fort différente dans la métropole torontoise, où la Commission de transport (CTT) n’hésite pas à parler directement du suicide depuis deux ans, en accompagnant toutefois ses messages des ressources d’aide. Le porte-parole de l’organisation, Brad Ross, traite lui-même directement du sujet sur Twitter.

Déconstruire les mythes
Joint par Métro, le directeur général de Suicide Action Montréal, Luc Vallerand, croit qu’il faut déconstruire certaines idées préconçues dans la métropole, même s’il dit reconnaître faire face à une «situation extrêmement délicate».

«Il y a un mythe qui court à Montréal comme quoi le métro serait le moyen le plus efficace pour des tentatives de suicide. C’est totalement faux, a-t-il insisté. La campagne, elle vise aussi à éviter des tragédies en offrant une aide immédiate aux gens, dans le métro.»

«Il y a plein de facteurs qui incitent les gens à ne pas passer à l’acte, ce n’est pas juste une situation, un événement, un moyen. De dire aux gens de consulter, de demander de l’aide, de leur dire qu’à tout moment ils peuvent être écoutés, ça aide.» -Luc Vallerand, DG de Suicide Action Montréal.

Malgré une position «prudente» en matière de suicide, la STM s’intéresse au phénomène depuis de longues années, d’après M. Vallerand. « Il y a déjà eu d’ailleurs des campagnes dans le passé, au début des années 2000 notamment, dans la même optique», a-t-il considéré.

Si vous avez besoin d’aide ou d’assistance immédiate,  les services de la ligne 1-866 APPELLE sont disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!