Anne-Frédérique Hébert-Dolbec/TC Media

L’organisation à but non lucratif Renaissance reçoit chaque année des milliers de dons.

Si normalement, les centres de don reçoivent des vêtements, des livres, des meubles ou des chaussures, il arrive que les donateurs offrent des objets plus inhabituels que d’autres.

Voici donc la liste des dons les plus inusités reçus chez Renaissance.

 Des animaux

Plus précisément, des oiseaux et un hamster. D’ailleurs, ils ont plutôt trouvé refuge à la SPCA, selon l’OBNL.

 Des dents en or

Ces dernières n’ont pas été mises à la vente.

 Une œuvre originale en bronze de l’artiste Alfred Laliberté

L’œuvre a été remise au musée Laurier de Victoriaville.

 Une édition originale du journal Le Canada, datant du 7 mai 1945

Le journal a été remis à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

 Une édition originale de La Vallée des cobras, édition de 1963, dédicacée par Hergé au début des années 80

 Une urne mortuaire

Elle n’a également pas été mise à la vente.

 Une bague de fiançailles

Un piano mécanique rare de la marque Mason & Risch

Il joue de la musique automatiquement à partir de cartes perforées.

 Un recueil de 25 photographies d’Irina Ionesco, intitulé Liliacées langoureuses aux parfums d’Arabie, publié en 1974

Ce recueil a suscité une polémique, car la photographe y met en scène sa fille Eva, dans des poses érotiques.

Une arme d’apparat, offerte par le ministre de la Culture indonésien

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!