Eric Gagnon/monscoop@journalmetro.com

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) tient à ce que le règlement P-6, qui encadre le droit de manifester dans la métropole, demeure tel qu’il est en ce moment. «Le droit de manifester, on le reconnaît et on l’encourage, a fait savoir l’assistant-directeur du SPVM, Stéphane Lemieux. On a toutefois un problème quand c’est fait à tout vent, qu’on n’est pas informé et qu’il y a des gens masqués qui se permettent de casser des vitrines. On veut juste sécuriser les gens qui manifestent et ceux qui sont dans la rue.»

Projet Montréal entend demander l’abrogation du règlement P-6 lors de la prochaine réunion du conseil municipal le 22 avril prochain. Celui-ci exige qu’un itinéraire soit fourni aux services policiers avant le début d’une manifestation et il interdit aux manifestants de porter un masque. Le parti de Richard Bergeron considère que le règlement «rédigé à la va-vite» démotive les manifestants de prendre la rue. Il a évoqué les centaines d’arrestations faites au cours des dernières semaines dans les rues de Montréal sans qu’un acte de violence n’ait été commis.

Vision Montréal croit de son côté que le règlement P-6 est «trop vague et discrétionnaire». Le maire de Montréal, Michael Appelbaum pense plutôt que les policiers montréalais ont recours à ce règlement avec discernement. Il s’est toutefois dit prêt mardi à en discuter lors de la prochaine réunion du conseil municipal.

Le SPVM a expliqué que s’il a procédé à plusieurs centaines d’arrestations lors des dernières manifestations – près de 250 lors de la manifestation annuelle contre la brutalité policière le 15 mars dernier – c’est que les manifestants refusaient d’être séparés. Ils insistaient pour demeurer tous ensemble. «Notre intention, ce n’est pas de faire le plus grand nombre d’arrestations possibles, a mentionné l’assistant directeur du SPVM. On veut que la manifestation se passe bien. Si elle déroge à la réglementation, on doit poursuivre les contrevenants.»

Quant à l’exigence du règlement P-6 de donner l’itinéraire aux policiers, Stéphane Lemieux avoue que cela n’a jamais posé problème avant le Printemps érable. «Ça fait plus de 17 ans que je suis dans le métier et, avant la grève étudiante, la seule manifestation pour laquelle on ne recevait pas d’itinéraire était celle du Collectif contre la brutalité policière, a-t-il rapporté. Depuis la grève étudiante, c’est devenu un droit de ne pas fournir d’itinéraire.»

La tête d’Anarchopanda

Lors de la manifestation du 5 avril à Montréal, la tête de la mascotte Anarchopanda a été confisquée par les policiers. L’assistant-directeur du SPVM, Stéphane Lemieux, a affirmé qu’il n’y a pas eu d’erreur de jugement des policiers. Le règlement P-6 n’était pas la cause de cette confiscation. «En arrière de la tête d’Anarchopanda, il y avait l’affiche de menace, qui fait l’objet d’une poursuite devant les tribunaux, a expliqué le policier. On voulait s’assurer en saisissant cette tête que ça n’avait pas été fait à son insu. Après avoir fait ce qu’on avait à faire avec la tête, on l’a retourné à son propriétaire.»  L’affiche en question montrait un graffiti illustrant le porte-parole du SPVM, Ian Lafrenière, avec une balle dans la tête. Une Montréalaise, Jennifer Pawluck, a été arrêtée la semaine dernière puisqu’elle l’a diffusée sur le site Instagram.

Aussi dans Montréal:

blog comments powered by Disqus