Québec solidaire (QS) a dénoncé vendredi un manque de transparence du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) dans le dossier de Didier Berry. Selon le parti, le sociologue et cinéaste aurait été victime d’une agression de la part des policiers lors d’une arrestation, qualifiée d’injustifiée par QS, survenue il y a près de six mois.

Une caméra de surveillance aurait filmé l’intervention des policiers. Le SPVM a cependant refusé de donner la vidéo à M. Berry, pour des raisons légales, selon le porte-parole du SPVM, Vincent Richer. La vidéo est toutefois présentement étudiée par un comité de révision, selon M. Richer.

«Je trouve cette attitude du SPVM désolante et décevante», a lancé le député de Québec Solidaire, Amir Khadir.

M. Khadir a rappelé qu’il avait rencontré, en novembre, Marc Parent, le directeur du SPVM, pour discuter des relations entres les policiers et les citoyens. Le directeur du SPVM, Marc Parent avait alors promis plus de transparence, selon le communiqué diffusé vendredi par QS.

Le SPVM a par ailleurs précisé que le dossier de M. Berry avait été transmis à la cour municipale et qu’aucune plainte n’avait été soumise au SPVM.

Des accusations ont donc été déposées à un procureur. M. Richer a insisté sur le fait que Didier Berry n’avait porté plainte qu’au civil.

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!