Paul Chiasson/La Presse canadienne

Alors que certains clament que la Ville a tardé à agir concernant l’avis d’ébullition, cette dernière défend ses pratiques.

Le premier avis d’ébullition concernant les arrondissement du Sud-Ouest et de Verdun, à proximité de l’usine Atwater a été publié à 9 h 20, soit environ deux heures après que l’eau ait commencé à prendre une teinte orangée. Le Centre d’opération d’urgence a été mis en alerte peu après 8 h et les premiers appels automatiques aux citoyens du Sud-Ouest ont été faits dès 9 h.

La Ville n’est pas en faute, clame l’élu responsable de la Sécurité publique Christian G. Dubois. En effet, tôt le matin, le taux de turbidité de l’eau n’avait atteint que le niveau 4. La Loi impose l’avis d’ébullition de l’eau à partir du niveau 5, qui n’a été atteint que plus tard en matinée. «Nous comprenons que la situation actuelle engendre beaucoup de désagréments», a toutefois ajouté M. Dubois, précisant qu’une enquête serait menée pour voir s’il y a eu négligence. Rappelons que le niveau d’eau est descendu particulièrement bas dans le réservoir d’eau traitée de l’usine Atwater, ce qui a entraîné une remontée de certaines particules du fond du réservoir.

Quant au délai plus long que les 24 heures annoncées initialement, il s’explique par des raisons biologiques. «La loi exige une période d’incubation de 24 heures pour s’assurer de la fiabilité des 44 prélèvements effectués. Or, ces derniers n’ont été terminés que vers 21 h, dans l’est de l’île, à l’extrémité du réseau.
Les chefs deux partis d’opposition, Vision Montréal et Projet Montréal, ont tous deux remis en question les délais pour avertir la population, ainsi que la question du monitoring dans les stations de production d’eau potable.

Du côté du réseau de la santé, pas d’hécatombe de gastroentérite. Info santé a recensé 445 appels liés à l’avis d’ébullition, dont 14 cas ont été redirigés vers des cliniques pour des «symptômes légers». Aucune chirurgie n’a été annulée hier à cause de la situation, a indiqué la Direction de la santé publique.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!