Pauvre peuple haïtien. Un an après avoir été frappé par un terrible tremblement de terre, le voici face à une deuxième catastrophe : le retour de Jean-Claude Duvalier. Quand on songe à tout ce qu’il a fait, celui-là, son exil de 24 ans demeure encore beaucoup trop court.

On lui reproche beaucoup de s’être servi dans les coffres du pays avant de lever les feutres en 1986. Des dizaines et des dizaines de millions de dollars, selon ce qu’on rapporte. Mais il ne s’agit pas là du pire crime commis par l’ex-«président à vie». Ni par son père, qui l’a tristement précédé à la tête de cette ancienne terre de promesse maintenant devenue terre de désespoir.

En instaurant un régime de terreur et de répression, en privant les intellectuels de leur droit de parole et en menaçant leur liberté fondamentale, la famille Duvalier a provoqué un exode des cerveaux qui a dépouillé Haïti de ses plus beaux talents. Des hommes et des femmes qui auraient peut-être empêché ce pays de tomber au point où il en est aujourd’hui. Il s’agit là d’une perte inestimable que les milliards de dollars de dons (toujours attendus…) ne sauront jamais remplacer.

Aujourd’hui, la moitié du peuple d’Haïti est trop jeune pour savoir ce qui s’est vraiment passé sous le régime Duvalier. Les intellectuels sont partis. Et ceux qui sont restés ont appris à connaître la valeur du silence. Quand c’est tout ce que tu possèdes…

– – –
On m’a reproché d’avoir laissé sous-entendre, la semaine dernière, qu’on voyait Marc Hervieux trop souvent à la télé. Permettez-moi de préciser…

1)… que ce n’était pas sous-entendu, c’était entendu et même sur-entendu;

2)… que le gars m’est néanmoins toujours éminemment sympathique;

3)… que de participer au spécial de fin d’année de Belle et Bum à Télé-Québec, au Bye-Bye et à Studio 12 le soir du Nouvel An à Radio-Canada ainsi qu’au gala Célébration de Loto-Québec à TVA, tout cela en moins de deux semaines, c’est juste mauditement trop. Peut-être que la faute devrait surtout revenir à ceux qui le programment aussi aveuglément. D’ailleurs, le prochain concepteur qui lui proposera de faire du contre-emploi avec une chanson rock devrait être poursuivi pour manque d’imagination. La joke, on commence à la voir venir un petit peu…

– – –

Vu : Le Frelon Vert (The Green Hornet) en 3D. Un bien mauvais film. Senti : les pieds de mon voisin de rangée, qui avait enlevé ses bottes pour l’occasion. Conclusion : l’odeur, ça existe aussi en 3D…

– Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles de Métro.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!