Relier, le Vieux-Port, l'île Sainte-Hélène et la Cité-du-Havre par un pont en étoile à trois branches. On y retrouverait un musée dédié à l'Expo de 67, une soixantaine de condos de luxe, 60 000pi2 de commerces et un parc.

Et si l’on reconstruisait le pont Champlain, pour en faire un pont habitable afin d’amortir les coûts pour les contribuables? C’est la théorie de Maxim Dariush Nasab, un Montréalais qui a réalisé sa thèse de maîtrise en architecture sur un projet de pont habité dans le Vieux-Port.

Un pont habité?! «C’est un pont sur lequel on peut vivre, jouer, travailler. Cela était assez développé au Moyen Âge», explique le finissant au Collège Savannah of Art and Design, en Géorgie. S’il en reste quelques-uns comme le Ponte Vecchio à Florence, les ponts habités ont progressivement disparu à partir du milieu du 19e siècle. «Avec la révolution industrielle, les bateaux étaient plus gros, les ponts habités bloquaient la vue et étaient source de propagation des maladies, car les gens qui les habitaient déversaient directement leurs ordures dans l’eau», ajoute l’étudiant de 23 ans.

Toutefois, les villes auraient tout intérêt à réévaluer la possibilité de réintroduire les ponts habitables, selon lui. Principalement, parce qu’en construisant des condos, des commerces ou des bureaux, on amortit les coûts de construction et d’entretien.

Les ponts habitables n’étant pas construits sur des terrains, le montant des taxes serait moins élevé pour leurs occupants, croit M. Nasab. Ce concept de pont permettrait aussi de tisser des liens de vie entre des quartiers.

C’est d’ailleurs le défi qu’il s’est donné pour son projet de maîtrise. Relier le Vieux-Port, l’île Sainte-Hélène et la Cité-du-Havre par un pont en étoile à trois branches. On y retrouverait un musée dédié à l’Expo de 67, une soixantaine de condos de luxe, 60 000 pi2 de commerces et un parc. «Des turbines installées dans les piliers du pont produiraient l’électricité», indique M. Nasab qui s’est fait aider par un ingénieur en structures pour vérifier la faisabilité technique du projet.

Selon lui, le concept de pont habitable devrait aussi être étudié dans le cadre d’un éventuel remplacement du pont Champlain. «Cela ferait une signature extraordinaire pour la Ville de Montréal qui est reconnue comme ville UNESCO de design», conclut-il.

S’il juge le projet comme original, ambitieux et magnifiquement traité, Richard Bergeron, chef de Projet Montréal et ancien professeur en urbanisme, ne prévoit pas que l’idée se concrétisera. «À ma connaissance, le seul travail d’étudiant qui ait conduit à une réalisation concrète est Habitat 67, de Moshe Safdie», dit-il. Quant à un pont Champlain habitable, ce n’est ni plus ni moins que du délire d’après lui.

Ailleurs dans le monde
Jusqu’ici aucun pont habitable n’a été construit au 21e siècle, mais certains projet s’approchent du concept.

  • Mur Island à Graz. Un pont piéton qui amène en son centre à un restaurant
  • Pavillon Pont construit à Saragosse pour l’Expo 2008
  • Les villes de Tours, Neuilly et Hambourg étudient des projets
  • Londres, Lausanne et Berlin semblent avoir jeté l’éponge

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus