Demain, le maire Denis Coderre présente le budget de la Ville de Montréal pour 2014. Si le passé est garant de l’avenir, M. Coderre déplorera que Québec ne lui donne pas plus de moyens financiers, que les hausses de taxes sont inévitables, mais qu’elles respectent la capacité de payer des contribuables, qui ne comprennent souvent rien à la marée de chiffres qui accompagnent le budget. Pour y voir plus clair, Métro a recruté Luc Ferrandez, le maire du Plateau-Mont-Royal, qui dispose d’un bon sens de la vulgarisation et qui n’a pas la langue de bois.

Quatre axes pour comprendre où vont vos taxes.

  • Dégraisser le mammouth

En 2006, le maire Tremblay annonçait que la Ville supprimerait 4,5 % de ses 21 724 postes d’ici trois ans. Échec. Les effectifs ont plutôt augmenté de 3,2 % entre 2006 et 2013. Ce sont les policiers et les pompiers qui sortent les grands gagnants (+ 7,7 % en 7 ans). Ces deux services seront encore une fois épargnés par le gel des embauches annoncé par Denis Coderre, qui clame qu’il s’agit d’un service essentiel. Pourtant Montréal est reconnue comme l’une des métropoles les plus sûres en Amérique du Nord.

ACTU_Luc-ferrandez6_POP-UPL’avis de Luc Ferrandez. «Chaque nouveau maire pense qu’il sera facile de faire des coupures alors que le potentiel de gain est quasi épuisé. Pour aller plus loin, il faut des réformes en profondeur. Par exemple : a-t-on réellement besoin de quatre pompiers qui se déplacent dans un gros truck à 1 M$ pour secourir une personne évanouie, en attendant l’ambulance? Sans réforme, le nouveau directeur général va réussir à faire une économie de 60 M$ à 80 M$ sur quatre ans, mais l’ensemble des besoins est dix fois plus important. Et finalement, toutes ces économies seront englouties par l’inflation, les problèmes qui surgissent chaque jour (comme l’agrile du frêne) ou par des annonces coûteuses. On veut ainsi un inspecteur général alors qu’il y a déjà quatre paliers de surveillance.»

  • Dépenser moins et mieux

Chaque année, ou presque, le maire en place assure que les taxes augmenteront au même rythme que l’inflation. Mais retient-il uniquement les prévisions qui l’avantagent le plus? La question mérite d’être posée, car si les taxes ont augmenté de 19 % depuis 2006, l’inflation n’a été que de 13 % dans la métropole. Si les différents maires avaient réellement tenu leur promesse de ne hausser les taxes qu’au niveau de l’inflation, le compte de taxe moyen d’un Montréalais
(3 364 $ en 2013) serait de 181 $ moins élevé.

luc-ferrandez_POP-UPL’avis de Luc Ferrandez. «Ce qui fait augmenter le budget, c’est l’augmentation constante des coûts de système (informatique, salaires, normes d’entreposage, normes de collecte des déchets, normes de sécurité, normes environnementales, etc.). Il y a aussi une propension – parfois justifiée – à vouloir étendre l’offre de service : bibliothèques intelligentes, terrains synthétiques de soccer, en passant par l’humanisation de la fourrière animale. Une question parmi 1 000 : avons-nous vraiment besoin d’un service policier de contrôle des manifestations de cette ampleur? Il est certain qu’en son absence, il y aurait eu plus de vitrines brisées pendant le printemps érable, mais ça aurait coûté beaucoup moins cher que les heures supplémentaires des policiers. Est-ce que les Montréalais sont prêts à accepter de ne pas avoir toujours un service quatre étoiles?»

  • Le gouffre des retraites

En 2014, 12 % du budget servira à payer les retraites des anciens fonctionnaires. Ainsi, les 4 900 policiers à la retraite touchent en moyenne 59 000 $ par an pendant 29 ans (pour un total de 1,7 M$ par policier). Comme les deux tiers des revenus de la Ville viennent des taxes, cela équivaut à dire que les contribuables montréalais paient une partie des généreuses retraites des fonctionnaires, alors qu’ils n’ont souvent pas eux-mêmes de fonds de pension. La Ville s’est déjà entendue avec les cols bleus et les professionnels, mais les autres syndicats se font tirer l’oreille.

luc-ferrandez_POP-UPL’avis de Luc Ferrandez. «Actuellement, quand la Bourse performe, la Ville ne peut pas accumuler trop de gains en Bourse avec l’argent des régimes de retraite. Dans un tel cas, elle recourt à des pratiques d’arrêt de contributions (de l’employeur ou des employés). Trois ans plus tard, la Bourse chute, la Ville se retrouve avec un déficit de ses caisses de retraite, qui est comblé à partir du budget de fonctionnement. Ça ne peut pas continuer. Il faut revoir le système et aussi renégocier les ententes. Sur ce point, M. Coderre a raison de faire pression sur Québec pour modifier le programme.»

  • Arrondissements étranglés

En 2006, le Plateau-Mont-Royal récupérait 41 % des sommes que ses contribuables versaient en taxes à la ville-centre. En 2012, ce n’était plus que 33 %. Si la ville-centre a amélioré le sort des arrondissements en leur cédant un peu plus de parts du gâteau en 2013, les compressions qu’elle a ensuite exigées ont annulé tout gain dans la majorité des arrondissements. Les sommes versées aux 19 arrondissements servent à ramasser les ordures, déneiger et réparer les rues résidentielles, ainsi qu’à entretenir les parcs, les bibliothèques et les piscines.

luc-ferrandez_POP-UPL’avis de Luc Ferrandez. «Sur le Plateau, nous avons ficelé le budget en 2011 en augmentant les revenus de parcomètres et de vignettes et en tarifant au maximum les permis de construction. Plusieurs arrondissements vont suivre nos traces ou vont devoir imposer des taxes spéciales. Selon mes calculs cette année, 10 des 19 arrondissements devront émettre une taxe spéciale pour équilibrer leur budget. Bref ce qui n’est pas pris dans la poche de droite du contribuable lui est pris dans la poche de gauche! L’administration Coderre devrait plutôt exercer les pouvoirs de tarification donnés par le gouvernement Charest : les péages. Et ça presse, car sinon, tous les paliers de gouvernement et le privé le feront avant nous.»

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus