À quelques jours de la mise en vente de l’aile internationale de la Société de vélo en libre-service (SVLS), qui gère BIXI, le syndic en charge de la restructuration se dit optimiste sur la survie de BIXI à Montréal.

«Le concept de BIXI jouit d’une grande reconnaissance à l’international. En parlant avec des acheteurs potentiels, je vois bien que c’est un produit que plusieurs souhaitent exploiter dans leur propre ville», a déclaré en entrevue à Métro, Raymond Massi, un expert en insolvabilité de la firme Richter qui agit comme syndic dans le dossier BIXI.

Ce dernier affirme que la restructuration des opérations de l’aile montréalaise de la SVLS n’a «aucune raison de ne pas fonctionner». «J’ai bon espoir que ce service perdure, il est tellement apprécié», a-t-il ajouté.

Malgré le fait que l’an dernier, au moins deux acheteurs potentiels de l’aile internationale s’étaient désistés, M. Massi estime que cette fois-ci sera la bonne. «Il y a un grand nombre d’acheteurs d’ici et d’ailleurs qui nous ont déjà fait par de leur intérêt, je pense qu’une transaction pourra être complétée rapidement», a-t-il fait valoir.

Ce dernier confirme que d’ici les prochains jours, la mise en vente sera lancée et que les acheteurs potentiels pourront consulter à travers une «salle de vente virtuelle» les détails de la société.

Rappelons que lundi, le président-directeur général de BIXI, Michel Philibert, ainsi que onze employés de la Société de vélo en libre-service (SVLS) ont été mis à pied dans le cadre de «mesures d’austérité» du plan de restructuration que la SVLS est en train d’élaborer.

Une semaine après que BIXI ait été protégée de ses créanciers, il a été dévoilé que les employés avaient reçu au mois de décembre des primes. Pas moins de 223 000$ ont été partagés parmi les employés. Le PDG, Michel Philibert, avait obtenu à lui seul 14 900$.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!