Archives Métro Un piéton est mort, écrasé par une lourde plaque de métal, en bordure d'un chantier de construction, en août 2013.

La mort, en août 2013, d’un piéton écrasé par une lourde plaque de métal de chantier aurait pu être évitée si l’entrepreneur et le maître d’œuvre avaient respecté les règles de sécurité.

C’est ce qui ressort du rapport de la CSST, publié mardi. Tout d’abord, le crochet à l’extrémité de la chaîne de levage n’était pas muni d’un clapet.

C’est la tentative de retournement d’une plaque de chantier qui est à l’origine de l’incident. À mi-chemin de cette opération délicate, l’opérateur de la pelle hydraulique d’Excavation L. Martel a temporairement reposé la plaque sur le sol, debout sur sa tranche. Le relâchement de la chaîne a provoqué le détachement du crochet et la chute de la plaque de 2900kg, résume Jean-François Beaudry, ingénieur à la CSST. Compte tenu du poids du matériau, la clôture qui bordait le chantier n’a pas pu empêcher la plaque d’écraser Saad Syed, qui marchait sur le trottoir.

Ce n’est pas la seule erreur. «La gestion de la santé et de la sécurité liée au levage et à la manipulation était déficiente», note le rapport. En d’autres mots, ni le contremaître, ni les deux travailleurs de Excavation L. Martel n’étaient formés pour ce type d’opération et n’avaient pas les capacités pour en mesurer les risques», ajoute Marie-Andrée Morin, inspectrice à la CSST.

L’entreprise Pomerleau, maître d’oeuvre des travaux sur le projet immobilier Icône, est elle aussi épinglée. Sa responsabilité visait à s’assurer que le programme de prévention abordait une activité à risque telle que le levage et la manipulation de matériaux lourds, ce qui n’était pas le cas. Le surintendant de l’entreprise chargé de vérifier le respect des normes de sécurité était pourtant présent le jour de l’incident.

La CSST a envoyé deux avis d’infraction à chacune des deux entreprises concernées. Les amendes peuvent aller jusqu’à 65 930$ dans le cas de Excavation L. Martel et 6280$ pour Pomerleau.

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!