Simon Bousquet/TC Média Ghislain Prud'homme, propriétaire d'Agrigourmet

Changer le monde une soupe à la fois: c’est ce que veut faire le propriétaire d’Agrigourmet avec son nouveau concept de soupe en attente qui permet à ses clients d’acheter deux soupes et d’en laisser une au comptoir pour ceux qui n’ont pas les moyens de s’en acheter une.

Ghislain Prud’homme a récemment lancé ce projet à son restaurant de la rue de Charleroi. Lorsqu’un client le désire, il peut donc acheter deux soupes, mais n’en manger qu’une seule.

La seconde sera servie gratuitement à un client moins fortuné qui en fera la demande. Un tableau a été installé dans la vitrine pour indiquer combien de soupes ont été achetées et combien ont déjà été mangées.

«La soupe en attente a un double objectif: elle sensibilise les gens à faire des dons et assure que ceux-ci vont vraiment à la bonne place», raconte M. Prud’homme, qui se réjouit de la participation de sa clientèle, une semaine après avoir lancé le concept.

L’ancien directeur de l’organisme d’aide alimentaire le Chic resto pop ne craint d’ailleurs pas que la présence de personnes démunies fasse fuir sa clientèle régulière. Il encourage même cette mixité sociale.

«Je trouve ça triste qu’on construise des immeubles pour les personnes âgées, d’autres pour les jeunes, pour les handicapées, etc. On fait des ghettos. C’est tellement enrichissant lorsque tout le monde vit ensemble. Si les personnes ne se parlent pas, elles ne peuvent pas comprendre ce que l’autre vit et ça favorise les préjugés», explique-t-il.

Un don de qualité
Chez Agrigourmet, il n’y a pas de différence entre la soupe servie aux clients et celle servie aux personnes démunies. Les participants font donc un don d’une qualité supérieure à ce qui se retrouve généralement dans les banques alimentaires.

«Chez Moisson Montréal, on trouve beaucoup de « junks » et de légumes périmés. Ce n’est pas étonnant que les gens choisissent du Kraft Dinner, qui a une durée de vie de cinq ans, plutôt que des légumes pourris», souligne M. Prud’homme.

Il estime pourtant que plusieurs personnes feraient le choix d’aliments frais s’ils en avaient les moyens.

«Même les jeunes toxicomanes veulent être en santé. C’est quelque chose qui tient à cœur de tout le monde», croit-il.

Selon lui, un simple changement d’alimentation peut être le premier pas vers un mode de vie plus sain.

«C’est une roue, dit-il. Les gens mangent mal parce qu’ils se sentent mal alors, ils se sentent encore plus mal. Ils n’ont pas d’énergie parce qu’ils manquent de vitamines. Une fois qu’ils mangent mieux, ils se disent qu’ils pourraient marcher plus et ainsi de suite. Lorsqu’ils mettent le pied dans l’engrenage, ça entraîne de nouvelles habitudes de vie», croit M. Prud’homme.

Restaurateur et travailleur social
Avec sa longue carrière dans le milieu communautaire, M. Prud’homme offre plus que de la nourriture saine à ses clients: il offre un contact humain. Même s’il a décidé de se lancer en affaires à l’âge de 52 ans, l’ancien directeur de l’organisme d’aide alimentaire le Chic resto pop n’a jamais perdu sa vocation.

«On peut sortir le gars du communautaire, mais on ne peut pas sortir le communautaire du gars», admet M. Prud’homme.

Chaque jour, le restaurateur intervient donc auprès des gens du quartier, sans pour autant porter le chapeau de travailleur social. De cette façon, il estime qu’il peut rejoindre les gens qui passent entre les mailles du filet.

«Il y a un jeune du coin qui a des problèmes de psychiatrie et qui s’automédicamente. Il vient chercher des pots de sauce et on en profite pour parler. Je ne lui donne pas de conseils, mais je l’incite à aller voir des spécialistes et des petites affaires comme ça. Je l’ai vu ce matin et il allait mieux, pourtant le mois dernier, il était en crise et il s’est fait ramasser par la police», raconte M. Prud’homme.

Le restaurateur reçoit parfois des témoignages qui lui permettent de constater qu’il fait réellement une différence. Un homme dont la fille a perdu la vie lui a récemment dit que sa seule présence lui a sauvé la vie.

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!