Rayside Labossière L'aménagement de la rue Sainte-Catherine, tel que souhaité par l'Alliance pour un nouveau partage de la rue Sainte-Catherine

Fini les voitures sur la Catherine. L’Alliance pour un nouveau partage de la rue Sainte-Catherine propose d’y interdire complètement la circulation automobile.

«On pense qu’en donnant plus d’espace pour les piétons et les vélos, il y aura plus de piétons et de vélos. Mais si on donne plus de place aux voitures, il y a plus de voitures, plus de congestion et de plus de bruit», a exposé mardi le responsable des campagnes transport, GES et aménagement du territoire au Conseil régional de l’environnement (CRE) de Montréal, Félix Gravel.

Depuis la formation de l’Alliance, au cours de l’été, ses membres – le Centre d’écologie urbaine de Montréal, Vélo Québec et Vivre en ville –, ont peaufiné leurs idées sur ce à quoi devrait ressembler la future rue Sainte-Catherine Ouest, avec l’aide du Forum jeunesse de l’île de Montréal et de la Table de concertation des aînées de l’île de Montréal. Si, a priori, ils étaient ouverts à laisser une place restreinte à l’automobile, ils prônent désormais son absence totale et ils préconisent la création d’une navette de transport collectif. Les automobilistes pourraient circuler seulement sur les rues transversales.

Le mémoire de l’Alliance a été déposée à l’occasion de la consultation publique sur le réaménagement de la rue Sainte-Catherine, entre l’avenue Atwater et la rue de Bleury. La Ville de Montréal présentera le concept retenu au début de l’année 2015.

Ce qu’il a fait changer d’avis l’Alliance pour un nouveau partage de la rue Sainte-Catherine, c’est notamment de constater que les cases de stationnement sur l’artère commerciale ne représentent que 2,3% de l’offre total de stationnement dans le quadrilatère formé des rues Metcalfe et Jeanne-Mance, ainsi que des boulevards René-Lévesque et De Maisonneuve.

«C’est minime, a dit M. Gravel. Il suffit d’avoir une meilleure offre du stationnement périphérique, avec du jalonnement dynamique, des meilleures indications et du partage de stationnement.»

Un sondage réalisé à l’occasion de la consultation publique de la Ville de Montréal a aussi alimenté la réflexion de l’Alliance. Il rapporte que 66% des répondants sont en faveur de la piétonisation sur une longue période. Seulement 9% sont contre le tout piéton.

Qui plus est, lors d’une enquête réalisée en mars 2009, il a été constaté qu’en l’espace d’une journée, 5400 voitures ont circulé dans l’intersection formée des rues Peel et Sainte-Catherine, contre 21 840 piétons. Ces derniers étaient quatre fois nombreux que les automobilistes, a souligné l’Alliance dans son mémoire.

«Pour tous ceux qui ont voulu revitaliser leur centre-ville d’un manière osée, [la piétonisation] est la tendance, a rapporté Félix Gravel. Que ce soit Londres, New York, Paris ou Strasbourg. Ils prennent leur centre-ville et ils en font quelque chose de différent qui n’est pas banal.»

L’Alliance pour un nouveau partage de la rue Sainte-Catherine a été déçue de voir que dans les quatre scénarios proposés par la Ville, aucun ne mettait en valeur l’absence de la circulation automobile.

«On aurait dû pouvoir en parler dans les consultations de la Ville, a dit Félix Gravel. C’est un choix d’orienter ainsi la consultation. Le parti qui a été pris, ç’a été de dire jusqu’où on enlève l’auto, tout en conservant l’auto.»

D’autres aspects de la proposition de l’Alliance pour un nouveau partage de la rue Sainte-Catherine

  • Transformation de l’artère en place publique qui serait animée pendant toute l’année
  • Circulation cycliste «tranquille»
  • Aménagement de larges trottoirs pour les piétons
  • Horaire de circulation préétabli pour les camions de livraison

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!