Leslie Schachter/monscoop@journalmetro

MONTRÉAL – Sans prêcher la désobéissance civile, l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) promet une multitude «d’actions dérangeantes» au cours des prochaines semaines si le gouvernement Couillard continue de faire la sourde oreille face aux mesures d’austérité qu’il entend adopter.

En entrevue à La Presse Canadienne, la porte-parole de l’ASSÉ, Camille Godbout, affirme que, lorsque les pétitions et les manifestations ne «fonctionneront plus» pour tenter de faire reculer le gouvernement, d’autres «étapes» seront enclenchées.

Mme Godbout accuse le gouvernement de saccager l’ensemble des services publics et de détruire des décennies d’acquis sociaux. Elle déplore par ailleurs qu’il fasse preuve «d’arrogance» envers ceux qui le dénonçent.

Camille Godbout estime que les contestataires doivent avoir toute liberté d’action, et qu’ils prendront «tous les moyens qui sont à leur disposition» pour faire entendre leur message de façon «très claire» au gouvernement.

Pour l’ASSÉ, il s’agit d’une «lutte populaire» qui doit mobiliser l’ensemble de la population, non seulement les étudiants.

Mme Godbout souligne que la colère monte et que la pression sur le gouvernement va continuer d’augmenter, comme ce fut le cas au printemps 2012, lors de la crise étudiante.

L’ASSÉ, qui est réunie en congrès ce week-end à Montréal pour discuter de la suite de son plan d’action pour les prochains mois, a déjà annoncé la tenue d’une manifestation nationale le 2 avril prochain, au Square Victoria à Montréal.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!