Yves Provencher/Métro Des gens demandent conseil aux conseillers de Juripop

La popularité du service de consultations gratuites mis en place par la Clinique juridique JURIPOP à la station de métro Berri-UQÀM à Montréal a étonné et inquiété son instigateur. En entrevue avec Métro, le président et fondateur de la Clinique, Marc-Antoine Cloutier, a dressé le bilan du projet qui s’est tenu tous les lundis, du 26 janvier au 23 février.

«On a vu plus de 500 personnes dans les 5 dernières semaines, sans compter ceux qui n’ont finalement pas eu accès au service, à cause de sa popularité, a affirmé M. Cloutier. C’est étonnant, et d’autre part, c’est inquiétant. Parce que ça démontre un besoin important d’accès à la justice, de connaissances juridiques. On ne s’attendait pas à un tel volume de demande».

La Clinique juridique populaire, développée par Juripop en collaboration avec la Chambre des notaires, la Ville de Montréal, la Société de transport de Montréal (STM) et MAtv, avait comme mandat de répondre gratuitement aux questions des citoyens touchant le domaine de la justice et du droit.

Juripop aimerait reconduire l’expérience de façon permanente, «peut-être à différentes occasions dans l’année», précise M. Cloutier. L’organisme doit toutefois s’asseoir avec ses partenaires actuels afin de discuter de l’avenir du projet et annonce qu’il est présentement à la recherche de nouveaux partenaires et commanditaires.

«Mais de toute façon, on n’a pas le choix de continuer, parce que c’est trop important ce qu’on fait ici», croit M. Cloutier.

En bref
Qui est venu consulter? Pour quels sujets? Selon Marc-André Cloutier:

  • La clientèle qui s’est présentée était également divisée entre des personnes sous le seuil de la pauvreté, des travailleurs au salaire minimum et des personnes de la classe moyenne inférieure.
  • Les sujets les plus abordés ont été les matières familiales, le droit de la consommation, le droit du logement. M. Cloutier souligne aussi beaucoup de demande pour les notaires, notamment concernant les testaments et les mandats en cas d’inaptitude.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!