Chris Young/The Canadian Press Justin Trudeau.

MONTRÉAL – Comme le maire de Montréal l’avait demandé la veille, le chef libéral Justin Trudeau s’est prononcé en faveur d’un moratoire sur le plan de Postes Canada qui consiste à mettre fin progressivement à la livraison du courrier à domicile et à le remplacer par des boîtes communautaires.

Et non seulement le chef libéral approuve cette idée d’un moratoire, mais il approuve également le fait que la Ville de Montréal soit prête à participer à la contestation de cette décision par le Syndicat des travailleurs des Postes devant la Cour fédérale.

«Je suis en faveur d’un moratoire sur l’installation des boîtes communautaires. Je trouve que le gouvernement conservateur a réellement très mal géré l’enjeu de Postes Canada», a opiné M. Trudeau.

«Postes Canada représente un service auquel les citoyens s’attendent et la façon dont ils ont géré cette situation-là manque de respect pour les citoyens et les attentes qu’ils ont envers leur gouvernement», a ajouté le chef libéral.

M. Trudeau a été questionné à ce sujet vendredi, à Montréal, après qu’il eut prononcé une allocution devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Interrogé à savoir ce qu’il pensait du fait qu’une Ville soit prête à mener une contestation judiciaire aux côtés d’un syndicat, il n’a pas hésité à répondre.

«Ça souligne à quel point c’est une erreur grave de la part du gouvernement conservateur» de laisser Postes Canada mener à bien son plan, a-t-il commenté.

Jeudi, le maire de Montréal Denis Coderre, aux côtés de la présidente de l’Union des municipalités du Québec, Suzanne Roy, avait demandé à chacun des chefs des partis fédéraux de se prononcer en faveur d’un moratoire sur l’interruption de la livraison du courrier à domicile et son remplacement par des boîtes communes. Et M. Coderre avait mentionné qu’il mandaterait son contentieux afin de voir comment la Ville pourrait demander un statut d’intervenant dans la cause menée par le Syndicat des travailleurs et travailleuses des Postes. Depuis, d’autres groupes, représentant notamment des personnes âgées, ont annoncé qu’ils participeraient aussi à la contestation.

Le Nouveau Parti démocratique, de son côté, a fait savoir par la voie de son porte-parole sur cette question, Alexandre Boulerice, qu’il était également en faveur d’un tel moratoire.

«Ça fait plusieurs mois qu’au NPD, on demande un moratoire sur une décision qui a été prise de manière hâtive, improvisée. Surtout qu’il n’y a aucune justification fiscale ou économique, Postes Canada faisant des profits. J’ai hâte de voir les résultats du quatrième trimestre; je pense qu’ils vont faire des profits records cette année. Donc, ce n’est absolument pas justifié de se priver d’un tel service», a commenté M. Boulerice en entrevue.

Le NPD demande aussi «de vraies consultations publiques» sur l’avenir des services postaux.

Postes Canada a toujours soutenu avoir collaboré avec les communautés concernées. L’organisation se dit toujours ouverte au dialogue afin de trouver des solutions aux obstacles qui sont rencontrés.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!