Collaboration spéciale Francis Boucher, recherché par tous les services de sécurité du Québec, est le fils de Maurice «Mom» Boucher, chef des Nomads, chapitre québécois des Hells Angels, groupe de motards criminalisés. «Mom» Boucher purge une peine de prison à vie depuis 2002.

MONTRÉAL – Francis Boucher a très brièvement comparu, vendredi après-midi au palais de justice de Montréal, pour y être accusé d’évasion de garde légale, de liberté illégale et supposition de personne.

Le fils de Maurice «Mom» Boucher a aussitôt regagné le chemin des cellules.

Francis Boucher s’était présenté en compagnie de son avocat, Dimitrios Strapatsas, peu après minuit vendredi au Centre de détention de Montréal d’où il était sorti lundi dernier.

Me Strapatsas se dit convaincu que son client n’a rien à se reprocher puisque, selon sa compréhension des faits, ce sont les autorités qui l’ont remis en liberté par erreur.

«On vous remet en liberté, vous signez et vous passez par la porte d’en avant. C’est simple, c’est clair dans son esprit, moi je ferais la même chose», a fait valoir l’avocat.

«Qui protesterait en sortant de la prison? On vous dit de quitter, vous passez par plusieurs zones de sécurité, on vient vous chercher: monsieur, vous sortez. Vous seriez content de sortir plus tôt, non?»

L’avocat affirme même que son client ignorait qu’il était recherché après être sorti: Francis Boucher aurait communiqué avec lui après s’être rendu compte qu’on le considérait en liberté illégale.

«Il était relaxe. Il a compris qu’il devrait se rendre», a-t-il dit.

L’accusation de supposition de personne est liée, quant à elle, à un document au nom de Stéphane Boucher qui aurait été présenté à Francis Boucher à sa sortie de Bordeaux et que ce dernier aurait signé de son véritable nom, soit Francis Boucher.

«Vérifiez la signature. La personne qui a reçu cette feuille, est-ce qu’elle a fait son travail?», s’est interrogé Me Strapatsas.

Toute l’affaire met en relief, selon l’avocat, les failles du système carcéral et il invite le gouvernement à s’y pencher.

«Il existe un grand problème; ressources, manque de personnel. (…) Le gouvernement doit prendre les mesures nécessaires pour le bien-être de tout le monde. Que ce soit une commission d’enquête ou n’importe quoi», a-t-il opiné en sortant du tribunal.

Un agent correctionnel apparemment impliqué dans le cafouillage ayant permis au détenu de sortir de prison a été provisoirement relevé de ses fonctions avec solde lundi en attendant les conclusions de l’enquête en cours.

L’enquête sur remise en liberté provisoire de Francis Boucher, une procédure technique, a été reportée pour la forme à lundi prochain.

Francis Boucher, qui est âgé de 39 ans, est le fils de l’ancien chef des Hells Angels Maurice Boucher.

Lui-même un ancien motard, il a déjà été condamné dans le passé à dix ans de prison pour gangstérisme, complot pour meurtre et trafic de stupéfiants.

La peine d’emprisonnement qu’il purgeait pour avoir menacé un policier, avant sa sortie illégale lundi dernier, devait prendre fin en mai prochain.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!