Photcal.com

L’administration Coderre s’est enorgueillie, mercredi, de ses résultats financiers de l’année 2014 affichant un surplus de 214M$ à la fin de l’année, mais l’opposition ne voit pas les résultats du même œil.

«C’est excellent, ça démontre le travail fait par tous les services, a exprimé le président du comité exécutif, Pierre Desrochers, à l’annonce de ce surplus, mercredi. On estime que les efforts demandés nous permettront d’atteindre les mêmes résultats en 2015.»

En comparaison, l’année 2012 s’est terminée avec un surplus de 109M$, alors que l’année de 2013 a plutôt pris fin avec un déficit de 47M$.

Au total, en additionnant les surplus accumulés et les réserves, on en arrive à un total de 663,4M$ de surplus à la fin de 2014.

La Ville a mis en lumière le fait que ses résultats financiers impliquent une réduction des dépenses de 4,4% par rapport au budget 2014. Ces résultats s’expliquent principalement par une économie de 78M$ due aux impacts du projet de loi 3. Ils notent aussi une différence de 18,3M$ par rapport au budget pour les services professionnels liés à la gestion de la neige, ainsi qu’un écart de 10,6M$ pour la gestion des matières résiduelles.

La sécurité publique reste toujours la plus grande part des dépenses pour un total de plus de 1G$, soit 23% de toutes les charges de la Ville.

Mais l’opposition officielle à la Ville de Montréal, Projet Montréal, ne voit pas ces résultats de la même manière. Le parti déplore que l’administration présente les résultats de 2014 en les comparant davantage avec ce qui avait été budgété, plutôt que de les comparer aux résultats de 2013.

Selon Guillaume Lavoie, porte-parole en matière de finances pour Projet Montréal, les dépenses ont effectivement baissé. «Mais qui a fait la job?» a-t-il demandé. En comparant les résultats de 2013 et 2014, dans les documents de la Ville, l’élu calcule que les services centraux de la Ville ont réduit leurs dépenses de 1,4%, alors que les arrondissements ont réduit leurs dépenses de 5,5%. «Ça veut dire que le travail de réduction des dépenses a été fait 4 fois plus dans les arrondissements que dans les services centraux», a-t-il fait valoir

L’administration note une augmentation des revenus de 18,6M$ par rapport au budget 2014, notamment en raison de l’augmentation des mutations immobilières et des permis de construction.

M. Lavoie, qui compare les données de 2013 avec celles de 2014, souligne plutôt que les revenus sont en baisse de 1,9M$. Considérant que les revenus de taxes sont en hausse de 88M$ par rapport à 2013, il souligne que cette diminution s’explique plutôt par une baisse de 107M$ des transferts provinciaux. «Alors pour équilibrer notre budget, ce qu’on perd à Québec, on va le chercher dans les poches des Montréalais», déplore-t-il.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!