Yves Provencher/Métro

Au terme d’une table ronde avec plusieurs leaders des communautés juives montréalaise et parisienne, le maire de Montréal, Denis Coderre, a soulevé l’idée de créer un département des crimes haineux au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

La table de discussion se voulait une suite au Sommet sur le Vivre ensemble, où une vingtaine de maires de partout dans le monde ont discuté de la lutte à la radicalisation. «Le SPVM fait un bon travail [en terme de lutte aux crimes haineux], mais est-ce qu’on peut le bonifier?» s’est demandé M. Coderre, en ajoutant qu’il fallait examiner tous les «outils» qu’on pourrait lui donner. Il a de plus affirmé qu’il demandera à la prochaine direction du SPVM de se pencher sur l’idée qu’il a soulevée.

Contacté par Métro en début d’après-midi jeudi, le SPVM n’a pas commenté l’affaire.

Le maire a d’ailleurs soutenu que les villes pouvaient avoir un rôle accru dans la lutte à la discrimination et aux crimes haineux, et que la reconnaissance de statut de métropole que réclame de la Ville de la part de Québec pourrait lui permettre de récupérer certains pouvoirs en la matière.

La discussion de jeudi a surtout porté sur les enjeux liés à l’antisémitisme. «Il faut arrêter de se taire, de se mettre la tête dans le sable. Il existe de l’antisémitisme, a déclaré M. Coderre en point de presse. Il ne faut pas le banaliser, dire “lc’est juste un graffiti”».

Le maire Coderre a affirmé que 27% des crimes haineux étaient de nature antisémitique. Selon les dernières données de Statistique Canada, 16% des crimes haineux au pays en 2013, ou 181 incidents, avaient été commis contre des personnes de confession juive, pour un taux de 54,9 crimes haineux par 100 000 adeptes de cette religion.

En termes absolus, les personnes noires avaient été victimes du plus grand nombre de crimes haineux pour la même période, avec 255 incidents au pays, pour un taux global de 27 incidents par 100 000 personnes noires.

 

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!