La Société de transport de Montréal (STM) a réduit cette année les augmentations salariales auxquelles ses hauts dirigeants ont droit.

Les membres du comité de direction ont vu leur rémunération progresser de 2,5% en 2015, a appris Métro grâce à la Loi d’accès à l’information. C’est beaucoup moins que les hausses salariales qu’ils ont obtenues dans les dernières années. De 2010 à 2014, ils ont reçu des augmentations qui oscillaient annuellement entre près de 4% et 10%.

«Il a été décidé, pour 2015, d’accorder les mêmes augmentations salariales aux membres de la direction qu’aux autres employés de la STM», a indiqué par courriel la porte-parole de la STM, Amélie Régis.

C’est le comité des ressources humaines qui a statué que les salaires des membres du comité de direction progresseraient de 2,5%. Le président de la STM, Philippe Schnobb, siège notamment sur ce comité, de même que le directeur général, Luc Tremblay.

M. Schnobb, avait évoqué l’année dernière la possibilité d’imposer un gel salarial aux hauts dirigeants de la STM. Ces derniers avaient obtenu des augmentations de 3,9% en 2014. La société de transport venait de déposer un «budget d’austérité» qui comprenait un manque à gagner de 20M$. Les heures du service d’autobus avaient été coupées de 3,1%.

Il n’a pas été possible de parler au président de la STM.

Le Conference Board of Canada a prédit au mois d’octobre que les employés non syndiqués obtiendraient des augmentations salariales de 2,9% en 2015. C’est beaucoup plus que le taux d’inflation des derniers douze mois qui se situe à 0,9%, d’après l’analyse de Statistiques Canada publiée au mois de mai.

Projet Montréal trouve inacceptables les augmentations de salaires qui ont été consenties aux dirigeants de la STM puisque les services n’ont pas été améliorés au cours de la dernière année. «Je juge la STM à ses résultats. Le salaire des dirigeants augmente de 2,5% et le service diminue», a mentionné le conseiller de Rosemont–La Petite-Patrie Guillaume Lavoie en évoquant les voitures de métro bondées et la diminution des passages de certains bus.

Salaires des hauts dirigeants
Luc Tremblay, directeur général (DE): 327 369,12$
Denise Vaillancourt, DE, planification, marketing et communications: 258 717,16$
André Poisson, DE, Métro: 252 687,24$
Alain Brière, DE, Ressources humaines et services partagés: 248 405,04$
Renée Amilcar, DE, Bus: 211 380,52$
Pierre Dauphinais, DE, Gestion des projets majeurs: 243 028,76$
Sylvie Tremblay, DE, Affaires juridiques: 232 592,36$
François Chamberland, DE, Services techniques: 200 227,04$
Michel Lafrance, DE, Activités commerciales: 226 247,32$
Linda Lebrun, DE, Finances et contrôle: 172 105,60$
(DE : directeur exécutif)

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!