Yves Provencher/Métro Brian Kent

Brian Kent s’est donné pour défi de parcourir 40 000 kilomètres aux Etats-Unis (et un peu au Canada) à bord d’une voiture électrique, afin de démontrer que c’est faisable, qu’il est possible d’aller partout avec ces véhicules et que c’est à la portée de tous. Métro l’a rencontré au moment de son passage jeudi à Montréal.

Le départ a eu lieu à Albion, dans l’État de New-York. C’était lundi dernier, à 4h18 du matin. Brian Kent, un journaliste pigiste américain qui s’intéresse aux technologies vertes, a démarré sa voiture et a entrepris son périple «carbonégatif» – il plantera un arbre dans chaque État et province canadienne où il se rendra (48 États et 2 provinces). Son défi? Parcourir 40000 km en environ 101 jours au volant de sa Nissan Leaf 2013.

Comment se déroule votre aventure depuis lundi?
J’ai parcouru à peu près 1160 km en 4 jours. Je suis en retard sur mon horaire, mais ce n’est pas à cause de la voiture! J’avais beaucoup de choses à organiser, comme me procurer un câble pour me brancher aux prises électriques de terrains de camping. Et puis l’autre jour, alors que je roulais dans la région des Catskills, j’ai perdu le signal de mon GPS. Je suis arrivé à un embranchement et j’ai pris la mauvaise direction!

Si vous vous perdez, la batterie risque de tomber à plat?
C’est possible. Mais ce que beaucoup de gens ne semblent pas savoir, c’est que vous pouvez brancher ces véhicules dans une prise normale. Alors, dès que vous comprenez que toutes les stations-service ont de l’électricité, vous constatez qu’il n’y a pas de problème.

Combien d’arrêts devez-vous faire par jour pour la recharge?
Normalement, cinq ou six. Il est possible d’arrêter quatre fois, mais les arrêts sont plus longs. Le temps de recharge dépend de la distance à franchir jusqu’à la prochaine station, en fait. Mais ça peut varier entre une heure et cinq heures.

«Les véhicules sont capables de le faire. Et nous devons le faire. Qu’est-ce qui nous en empêche? Ce n’est plus une question de prix. Mon véhicule me coûte environ 5 sous du kilomètre, si je paye pour la recharge». -Brian Kent

Que faites-vous pendant ce temps?
Ce qu’il faut comprendre, et c’est absolument essentiel, c’est que s’arrêter à une borne de recharge permet de visiter les alentours. C’est une mine d’or touristique. Les gens qui rechargent leur véhicule sont une audience captive en quelque sorte. Si les stations de recharge sont situées dans des endroits intéressants, près des bibliothèques publiques, des cinémas, des restaurants, des centres commerciaux… les gens iront dans ces endroits, et ce, sans polluer. Pas moins de 31% des émissions de gaz à effet de serre proviennent des voitures. On peut commencer à changer les choses maintenant.

Application EV Charge Hub
Un voyage comme le fait Brian Kent serait difficilement réalisable sans informations à propos des emplacements des bornes de recharge pour véhicules électriques. L’entreprise Mogile Tech, de Sainte-Anne-de-Bellevue, qui a conçu une application recensant les bornes de recharge aux Canada et aux Etats-Unis, commandite le voyage de M. Kent et le facilite.

Charge Hub recense les bornes gratuites ou payantes, publiques ou privées (un utilisateur peut signaler qu’il veut partager sa borne privée s’il le souhaite).

L’application permet de connaître, entre autres, le type de borne et son tarif et de savoir si elle est occupée ou non. Les utilisateurs de l’application peuvent donner des précisions sur la localisation exacte de la borne, mettre des photos ou partager leurs commentaires.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!