Même si des avancées ont été réalisées à la table de négociation, les enseignants représentés par la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) maintiennent les journées de grève prévues à la fin du mois d’octobre.

«Rien n’est réglé», a indiqué jeudi la FAE. Celle-ci a souligné que les dernières offres patronales tendent vers le statu quo, mais ce que demandent les enseignants, c’est un allègement de leur tâche par un réinvestissement dans le milieu de l’éducation. Ils réclament plus d’autonomie, une meilleure sécurité d’emploi ainsi que des changements dans leurs conditions d’enseignement, que ce soit par l’ajout de ressources professionnelles ou par l’instauration de nouveaux critères pour la formation des groupes.

Le gouvernement a récemment retiré sa demande visant à augmenter le nombre d’heures de travail des enseignants de 32 à 35 et même 40 heures par semaine. Il s’est aussi dit ouvert à ne pas hausser les ratios maître-élèves au deuxième et au troisième cycle du primaire s’il y a moyen de réduire les ressources déployées ailleurs. L’abolition de près de 800 postes de professionnels a aussi été mise sur la glace par le gouvernement. Quant aux pondérations a priori, qui font en sorte que les enfants en difficultés comptent pour plus qu’un élève, elles seront appliquées à la pièce plutôt que systématiquement, d’après les dernières offres patronales.

Si ces nouvelles offres sont accueillies positivement par la FAE, elles ne la satisfont pas. Pour exercer encore de la pression sur le gouvernement, les 32 000 enseignants dont le syndicat local est affilié à la FAE organisent une grève rotative, qui aura lieu du 26 au 28 octobre. Chacun des huit syndicats du regroupement débrayeront pendant une journée qui leur a été assignée.

La FAE a déjà tenu une journée de grève, le 30 septembre dernier.

Le conseil fédéral de la FAE se réunira mardi prochain pour faire le bilan des négociations et des moyens de pression. Ils décideront des prochaines actions à mener.

La FAE représente huit syndicats dont les membres enseignent dans les régions de Montréal, Laval, la Montérégie, les Basse-Laurentides, l’Estrie et des Outaouais.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!