La ministre fédérale de l’Environnement, Leona Aglukkaq, a mandaté dimanche un panel de trois scientifiques pour étudier l’impact du déversement prévu par la Ville de Montréal de 8 milliards de litres d’eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent.

«À la suite de son examen des renseignements communiqués par la Ville, Environnement Canada a déterminé que les répercussions sur l’environnement du rejet projeté risquent d’être importantes. De plus, la Ville de Montréal n’a pas fait d’études sur les répercussions possibles de ce déversement prévu d’environ 8 milliards de litres d’eaux usées non traitées en particulier. Les données étant limitées, le ministère ne peut pas confirmer si les eaux usées non traitées qui doivent être rejetées auront un degré de toxicité aigu», a déclaré la ministre par voie de communiqué.

Le groupe, formé de Robert Hausler, professeur au Département de génie de la construction de l’École de technologie supérieure (ETS), Viviane Yargeau, professeure agrégée et ingénieure, Département de génie chimique de l’Université McGill et Daniel G. Cyr, professeur à l’INRS-Institut Armand-Frappier (Université du Québec), aura pour mandant, entre autres, de voir si la Ville pourrait mettre en place des mesures pour «atténuer les effets du rejet prévu», et d’évaluer les risques environnementaux de ce rejet.

La ministre a de plus répété que l’interdiction de procéder au déversement restera en vigueur jusqu’au 2 novembre, le temps que le groupe accomplisse son étude.

Détails à suivre.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!