Josie Desmarais

L’École de technologie supérieure (ÉTS) a annoncé lundi un projet de recherche visant à examiner la possibilité d’intégrer le verre post-consommation dans la production d’asphalte et dans les structures de chaussée.

Le projet, qui doit durer jusqu’en 2018, a comme objectif de consacrer 100 000 tonnes de verre recyclé, soit la moitié du verre récupéré par année au Québec, à ces applications.

Les chercheurs espèrent que l’intégration de verre dans la chaussée pourrait allonger la durée de vie des enrobés bitumineux, en améliorant leur capacité de drainage, entre autres.

«Nous croyons que le verre sera un meilleur matériel isolant que les agrégats habituels. Cela veut dire que la profondeur du gel l’hiver sera moins importante», a expliqué un des chercheurs, Alan Carter, professeur au département de génie de la construction de l’ÉTS.

«Pour le drainage, nous pensons, et cela reste à déterminer, que l’eau coulera plus facilement avec le verre qu’avec les agrégats de pierre», ajoute-t-il. Son collègue, Michel Vaillancourt, lui aussi professeur au même département, affirme que limiter l’apport d’eau dans les fondations granulaires pourrait réduire les dommages causés par le gel.

M. Vaillancourt affirme aussi que l’incorporation du verre permet d’utiliser moins de bitume dans la confection de l’asphalte, ce qui réduirait les couts de ce matériel. Le procédé pourrait aussi réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) émis lors de la fabrication de l’asphalte pour les mêmes raisons, selon le chercheur.

Ce dernier reconnaît que l’idée a déjà été testée aux Etats-Unis, et que les résultats ont été décevants. «De nombreuses recherches menées à ce sujet depuis le début des années 1970 n’avaient pas abouti à des résultats concluants, mais nous avons quand même réfléchi aux impacts positifs, avance-t-il, en mentionnant que les chercheurs modernes ont accès à de nouvelles technologies pour tester les matériaux. Les méthodes d’étude qui étaient possibles dans ces années-là étaient intéressantes mais n’étaient pas aussi complètes que ce qui est possible aujourd’hui.»

Une planche d’essai incorporant 25% de verre a été mise en place devant les bureaux de la Société des alcools du Québec à Montréal, et d’autres sont prévues en 2016 dans les rues de Saint-Hippolyte et en 2017 dans celles de Montréal. Selon M. Vaillancourt, on peu s’attendre à voir de l’asphalte fabriquée avec du verre recyclé dans un horizon de cinq ans.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!