Archives Métro

MONTRÉAL – Des enseignants, des parents, dont certains avec leurs enfants, et des députés de l’opposition à Québec ont manifesté samedi après-midi dans l’est de Montréal pour exiger à nouveau du gouvernement libéral un «réinvestissement massif» en éducation.

La manifestation était organisée par la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) qui n’a pas encore conclu d’entente contractuelle avec le gouvernement Couillard.

Des membres d’autres organisations syndicales et du mouvement «Je protège mon école publique» étaient aussi présents quand le coup d’envoi de la manifestation a été donné à 13 h près du marché Maisonneuve alors qu’il tombait un peu de neige.

Les organisateurs avaient une bonne raison de cibler le quartier Hochelaga-Maisonneuve. Ils ont défilé devant des écoles qu’ils jugent vétustes et des établissements accueillant des enfants avec des besoins particuliers ou issus de milieux défavorisés afin d’attirer l’attention sur les enjeux du réseau des écoles publiques au Québec.

Avant le début de la manifestation, le président de la FAE, Sylvain Mallette, a tenu à dire que la défense de l’école publique et l’amélioration des conditions d’apprentissage des élèves sont des enjeux dépassant largement les frontières des négociations menées avec le gouvernement. Pour lui, les compressions budgétaires risquent d’avoir des conséquences lourdes sur l’avenir des jeunes.

Il a relevé que trois écoles du quartier sont fermées en raison de problèmes de moisissures ou de vétusté.

Pour sa part, la députée de Gouin et porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, a vivement déploré que depuis l’élection du gouvernement Couillard, l’histoire est, à son avis, toujours la même.

«Des coupes sauvages dans les services publics d’un côté, des largesses, notamment pour les médecins et Bombardier, de l’autre», a-t-elle insisté par voie de communiqué, réitérant ainsi son appui à l’école publique.

De son côté, la député péquiste d’Hochelaga-Maisonneuve, Carole Poirier, elle aussi présente à la manifestation, a dénoncé les coupes budgétaires «qui nuisent aux élèves d’Hochelaga-Maisonneuve». Elle a déploré que «les services spécialisés se raréfient, que des ententes de longue date avec des organismes communautaires pour des services alimentaires disparaissent, et que des projets importants de rénovation soient ralentis».

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus