Josie Desmarais/Métro L'Hôtel de ville de Montréal

Le Syndicat des fonctionnaires municipaux de la Ville de Montréal entre en grève pour 37 jours à partir de lundi à minuit. Les 8000 cols blancs de la Ville, qui sont sans convention collective depuis 2012, amorcent ainsi une grève tournante jusqu’au 1er mars prochain.

Afin de maintenir les services essentiels tel que l’exige le Tribunal administratif du travail, les employés des arrondissements seront en grève deux arrondissements à la fois, à tour de rôle. Il en sera de même pour les différentes unités de la ville centre, qui seront en grève à tour de rôle. Par exemple, lundi les employés de Ahunstic-Cartierville et de Saint-Laurent débrayeront, tout comme ceux du service des communications, de l’Ombudsan, de la direction générale, du Bureau du vérificateur général de la Ville de Montréal et du Secrétariat de liaison de l’agglomération de Montréal.

Consultez la liste des services touchés chaque jour ici.

Une présence constante d’employés sera maintenue, mais à effectif réduit certaines journées, pour ce qui est du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) et du 311.

Les cols blancs feront aussi grève d’heures supplémentaires durant toute la période de débrayage.

Selon le syndicat, «la Ville veut éliminer toutes les balises en matière de sous-traitance et réduire la rémunération globale des cols blancs de 12 à 14%».

Les deux parties négocient en présence d’un conciliateur du ministère du Travail depuis le 15 janvier.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!