Métro Denis Coderre

L’ancien président de Teamster Canada, Robert Bouvier, qui est aussi un proche de Denis Coderre et qui a récemment obtenu un contrat de gré à gré avec la Ville, a également été solliciteur de dons pour le parti du maire.

L’opposition officielle à la Ville de Montréal, Projet Montréal, a déclenché un débat musclé lundi au conseil municipal en accusant l’administration Coderre d’être en conflit d’intérêts.

Robert Bouvier a conclu un contrat pouvant atteindre 24 999$ avec la Ville de Montréal en novembre dernier. Si le contrat avait dépassé 25 000$, la Ville aurait été dans l’obligation de lancer un appel d’offres. M. Bouvier a été engagé pour négocier avec la Fraternité des policiers et policières de Montréal à raison de 670$ par jour.

La semaine dernière, Projet Montréal a critiqué ce contrat en faisant valoir que M. Bouvier a été donateur de M. Coderre du temps où il était député fédéral pour le Parti libéral du Canada.

Mais voilà que Projet Montréal en a rajouté lors du conseil municipal de lundi en indiquant que Robert Bouvier a également été solliciteur de dons pour le compte de l’Équipe Denis Coderre de Montréal. Il a rapporté que l’ancien syndicaliste a signé un formulaire d’une durée d’un an en novembre 2013 pour pouvoir solliciter des dons pendant toute l’année 2014.

Pendant cette période, Robert Bouvier a amassé «au moins» 1400$ selon les documents consultés par Projet Montréal.

Guillaume Lavoie, élu de Projet Montréal, fait valoir que la Politique de gestion contractuelle de la Ville de Montréal impose aux décideurs, lorsqu’il y a attribution d’un contrat de gré à gré, d’obtenir au moins une autre soumission par un second fournisseur afin d’établir un standard de prix, ce qui n’a pas été fait dans ce cas-ci.

Cette même politique souligne qu’un fournisseur de la Ville de Montréal ne peut pas «offrir en aucune circonstance des cadeaux ou de faveurs personnelles aux employés ou représentants de la Ville».

«Être un solliciteur pour un parti, c’est plus intime que d’être simplement un membre ou un électeur, a précisé l’élu Craig Sauvé. Tu vends des billets, tu demandes à des amis d’appuyer le parti. Il est très près de l’administration, du chef, de son parti. S’il obtient ensuite un contrat à la Ville, c’est clairement un conflit d’intérêts.»

L’administration Coderre s’est défendue d’être en conflit d’intérêts en disant que le formulaire pour être solliciteur a été signé en 2013, soit deux ans avant l’octroi du contrat et que M. Bouvier n’était pas solliciteur au moment de l’octroi du contrat.

Denis Coderre a également réitéré les arguments qu’ils avaient déjà indiqués la semaine dernière, à savoir que la Ville a voulu aller chercher «une expertise bien spécifique», puisque M. Bouvier a déjà une expérience avec les syndicats. Il a également travaillé au Conseil du travail du Canada.

Le maire a ajouté que «quand il y a une expertise, c’est normal que des sympathisants, des membres, puissent également faire des choses pour la Ville».

La Ville indique que le contrat a pris fin le 31 décembre 2015 et n’a pas été renouvelé depuis.

Elle ajoute que le montant de 24 999$ indiqué au contrat «représente le montant maximum qui aurait pu être payé par la Ville si elle avait eu besoin des services de M.Bouvier pour le maximum de temps prévu au contrat». Toutefois, la Ville n’a eu besoin de M.Bouvier que pour 10 demi-journées (335$) ainsi qu’une journée complètement (640$), ce qui totalise 4020$. La Ville n’a pas sollicité ses services depuis.

Denis Coderre a dit qu’«il n’y a pas de scandale» à ce que Projet Montréal accorde un contrat à un membre de son parti. Il a fait référence à un contrat pour une formation de vélo d’hiver accordé par Projet Montréal à un certain Laurent Deslauriers. Denis Coderre a affirmé que M. Deslauriers était membre de Projet Montréal. L’opposition a nié que M. Deslauriers était membre de Projet Montréal. Le principal intéressé a également démenti l’affaire sur Twitter, en précisant qu’il n’avait «jamais été membre ni bénévole d’un parti politique municipal de [s]a vie».

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!