André Desroches / TC Media Le centre de service de Téo taxi est situé sur la rue Saint-Patrick dans le quartier Pointe-Saint-Charles.

Les chauffeurs de taxi jugent déloyale l’entente pas encore officialisée entre Aéroports de Montréal (ADM) et Téo Taxi, la compagnie de taxis électriques du dragon Alexandre Taillefer.

Interrogé mardi en commission parlementaire sur l’avenir du taxi, Charles Gratton, vice-président des services immobiliers et commerciaux d’ADM a indiqué que «Téo va avoir son endroit spécifique à l’aéroport avec des bornes de recharge», a souligné M. Gratton en précisant que le projet-pilote d’un an concernait une douzaine de véhicules et des bornes de recharge.

Habituellement, pour pouvoir prendre des passagers à l’aéroport, il faut détenir un permis spécial valide qui est attribué par tirage au sort pour un an. L’année dernière environ 4200 chauffeurs ont payé 40$ pour participer au tirage et obtenir l’un des 325 permis octroyés.

Taxelco, qui gère Téo Taxi, a obtenu une douzaine de places sans tirage au sort et sans devoir s’acquitter du tarif annuel de 4167$ que coûte ce permis spécial. «C’est quelque chose d’assez recherché. Comment allez-vous travailler avec Taxelco pour vous assurer de ne pas leur donner de privilèges», a demandé l’élue du Parti québécois, Martine Ouellet.

«C’est certain qu’il y a deux ententes différentes, [celle avec les chauffeurs de taxi et de limousine, et celle avec Taxelco], car ce sont deux concepts complètement différents. On essaie de brasser les choses et d’améliorer un peu la situation», lui a répondu M. Gratton en précisant que Taxelco paiera à ADM une indemnité à chaque course, sans en dévoiler le montant.

Il a été impossible d’avoir plus de détails auprès d’ADM ou de Taxelco, mais cette dernière indique sur son site internet qu’elle couvrira l’aéroport plus tard ce printemps.

La nouvelle a été mal accueillie par le Regroupement des travailleurs autonomes Metallos qui représente 4000 chauffeurs et propriétaires de taxi. «Les chauffeurs sont scandalisés, avec raison. Si ADM veut régler certaines problématiques qu’ils nous rencontrent au lieu de fonctionner comme un club privé», lance Benoit Jugand, porte-parole de l’organisation.

Selon Mohcine El Meliani, chauffeur de taxi, «les gars de l’aéroport parlent de faire appel à un avocat pour contester l’entente».

Du côté de l’Association des limousines de Montréal, on souligne aussi que Taxelco propose un service affaires Téo Noir avec ses luxueuses Tesla, «alors que le projet-pilote [d’électrification des parcs de véhicules de taxi mis en place l’automne dernier par le gouvernement] n’englobe aucunement le service de limousines, qui fonctionne déjà parfaitement», souligne son président, Claude Boulet.

 

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!