Josie Desmarais

Québec a finalement donné le feu vert à la construction de 103 logements abordables destinés en priorité à ceux qui résidaient au 780, rue Saint-Rémi, dans le Sud-Ouest, et qui ont été expropriés en raison de la reconstruction de l’échangeur Turcot.

Une subvention de 13,5M$ a été accordée mardi par le ministère des Transports à ce projet qui est piloté par l’organisme à but non lucratif, L’Habitation 21, et dont le coût total s’élève à 24,5M$. La Société d’habitation du Québec y injectera de son côté 1M$. Le reste sera payé par L’Habitation21.

Le nouvel immeuble à logements abordables se trouvera sur la rue Ottawa, entre les rues William et Saint Thomas, dans le développement Les Bassins du Nouveau Havre. Il comprendra près de 80 logements d’une ou deux chambres et une vingtaine de studios. «Considérant la population visée, c’était, à notre avis, le meilleur choix», a expliqué mardi le ministre des Transports, Jacques Daoust, en évoquant des personnes seules et des couples sans enfant.

Les travaux de construction commenceront au début de l’année prochaine et ils termineront en 2019, soit près de cinq ans après l’éviction des derniers locataires du 780, rue Saint-Rémi.

«S’ils veulent revenir, ils ont priorité, a mentionné le ministre Daoust. Je pense que la qualité des logements fera en sorte qu’ils auront de l’intérêt. Déjà, il y en a qui en ont manifesté.»

Les derniers locataires du 780, rue Saint-Rémi ont quitté leur logement, situé aux abords de l’échangeur Turcot, au printemps 2014 après avoir reçu un avis d’éviction du ministère des Transports. Celui-ci souhaitait a priori démolir les 107 logements en 2012, mais il a dû composer avec l’opposition des citoyens. L’ancien entrepôt de tabac, érigé en 1922 par l’Imperial Tobacco Compagny of Canada, est finalement passé sous les pics des démolisseurs l’été dernier.

Le maire du Sud-Ouest, Benoit Dorais, aurait apprécié que Québec procède davantage à la hâte dans la reconstruction de logements pour ces locataires qui ont dû se reloger en peu de temps.

«Ça aurait été intéressant qu’on remplace les logements plus rapidement, a dit M. Dorais, qui s’est malgré tout réjoui de l’annonce du gouvernement. Les gens auront attendu très longtemps. Ils se seront relogés et [certains] auront trouvé ce qu’ils recherchaient»,

Le Comité Logement POPIR, qui a épaulé les locataires du 780, rue Saint-Rémi lorsqu’ils s’opposaient à l’expropriation de leur immeuble, croit aussi que les délais ont été beaucoup trop longs.

«La plupart des locataires ont trouvé autres choses, a dit l’organisateur communautaire, Fred Burrill. C’est normal. Ils sont ailleurs dans leur vie. Et ils n’habiteront pas ce projet.»

Échéancier et budget respectés
Les travaux entourant la reconstruction de l’échangeur Turcot avancent rondement, a indiqué mardi le ministre des Transports, Jacques Daoust.

  • «Il y a une conduite majeure qui a dû être déplacée et qui était en fort mauvais état, a-t-il rapporté. On ne s’y attendait pas. Ça fait partie des surprises des grands projets. On est en train de régler ce problème.»
  • Le ministre Daoust a précisé que jusqu’à présent, l’échéancier et le budget sont respectés.
  • C’est le consortium KPH Turcot, qui effectue les travaux de reconstruction de l’échangeur Turcot devant s’achever en 2020.
  • L’ensemble des chantiers liés au projet Turcot coûteront 3,67G$.

 

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!