Archives/TC Media Après un mois de grève tournante, la Ville de Montréal et les cols blancs se sont entendus sur une recommandation.

Les cols blancs de Montréal ont entériné à 81,4%, mardi soir, la nouvelle convention collective de sept ans négociée avec la Ville de Montréal.

Les parties, qui étaient en négociation depuis plusieurs années, travaillaient depuis quelques temps avec l’aide d’une conciliatrice du ministère du Travail. C’est la recommandation de la conciliatrice qui a été présentée aux membres cols blancs mardi soir.

Le Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal, qui représente les cols blancs, avait annoncé le 26 février dernier la suspension de leur grève rotative de 37 jours. Avec cette entente, ils mettent officiellement fin à leur grève.

Dans ce nouveau contrat de travail, qui doit également être approuvé par le comité exécutif, «les augmentations salariales sont de 2% pour chacune des quatre premières années, soit de 2012 à 2015, de 2,5% pour les années 2016 et 2017, et de 1,75% à 2% en 2018, selon l’indice des prix à la consommation (IPC)», a indiqué le Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal dans un communiqué.

Le président du syndicat, Alain Fugère, assure également que les parties ont «de plus réglé la question des régimes de retraite dans le cadre de la loi 15». «Dans un contexte politique difficile, nous avons réussi à tirer notre épingle du jeu. Dans un contexte où la Ville voulait privatiser bon nombre de services, notre priorité était de préserver nos emplois», a-t-il affirmé dans un communiqué.

Ces 8000 salariés de la Ville de Montréal étaient sans contrat de travail depuis plus de quatre ans.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a affirmé mercredi matin que son administration est satisfaite de l’entente avec les cols blancs, soulignant qu’elle couvre également le régime de retraite qui avait fait polémique dans la foulée de la loi 15 du gouvernement provincial. Le comité exécutif devra entériner également l’entente.

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!