Métro

Le programme de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH), offert à toutes les jeunes filles du Québec depuis 2008, donne des résultats encourageants, selon une étude de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) publiée lundi.

L’enquête effectuée auprès de 1937 femmes en 2013-2014 indique que pratiquement aucune fille ayant reçu le vaccin avant d’être sexuellement active n’est infectée par ce virus transmissible sexuellement, du moins en ce qui a trait aux quatre types de VPH couverts par le vaccin. Par comparaison, autour de 10% des filles de 17 à 29 ans non vaccinées en sont porteuses. Ces quatre types de VPH ont été ciblés parce qu’ils causent le plus de maladies, notamment des cancers.

En contrepartie, il y a très peu de différences entre les filles vaccinées et non vaccinées qui ont reçu le vaccin alors qu’elles étaient déjà sexuellement actives.

«Ça confirme que le vaccin est efficace et qu’on est dans la bonne direction», a estimé Patricia Goggin, médecin-conseil à l’INSPQ.

Les filles de 9 à 17 ans peuvent être vaccinées gratuitement.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!