Métro Benoît-Hugo St-Pierre, président triathlon Québec

Bon nombre des meilleurs triathlètes d’ici et d’ailleurs sillonneront les rues et se baigneront dans les eaux du Vieux-Montréal cet été.

Une étape de la Coupe du monde de l’International Triathlon Union (ITU), l’organisme qui chapeaute la discipline sur la scène internationale, sera présentée dans le Vieux-Port, le 7 août.

Même si l’épreuve a lieu deux jours après l’ouverture des Jeux de Rio et une dizaine de jours avant le triathlon olympique, Patrice Brunet président et chef de la direction du Triathlon international de Montréal, est confiant de voir plusieurs des grands du sport se présenter dans la métropole. «Ils peuvent le faire car les courses élites et juniors seront en format sprint [la moitié de la distance olympique]. Ils ne se brûlent pas», a-t-il expliqué mercredi après une conférence de presse tenue à l’Hôtel de ville de Montréal.

L’olympien norvégien Kristian Blummenfelt a d’ailleurs déjà confirmé sa présence.

Et de toute façon, M. Brunet préfère se concentrer sur les athlètes locaux pour le retour d’une épreuve de triathlon d’envergure à Montréal. Ce type d’événement n’a pas eu lieu ici depuis la présentation des Championnats du monde de 1999 sur l’Île Notre-Dame. «Je mise beaucoup sur nos athlètes québécois et canadiens cette année, a-t-il dit. Je préfère propulser nos athlètes d’ici plutôt que ceux des autres pays.»

Tous les membres de l’équipe canadienne qui ne prendront pas part aux JO devront disputer la course à Montréal. Les qualifiés auront le choix de se présenter ou non. «Triathlon Canada ne va pas les obliger à faire une course, a indiqué M. Brunet. Ils sont dans une bulle de préparation. Ils prendront cette décision avec leur entraîneur.»

Les amateurs pourront aussi participer à l’événement puisqu’un volet participatif sera ouvert à 2 000 personnes.

Là pour rester
Le Triathlon international de Montréal sera un événement récurrent. Il devrait même passer d’une Coupe du monde aux Séries mondiales, le niveau de compétition le plus élevé, dès 2017. «L’ITU voulait que nous soyons Série mondiale dès cette année mais nous avons préféré commencer par une Coupe du monde», a affirmé M. Brunet.

Le président ne s’arrête pas là. Il espère présenter les Championnats du monde en 2019. «Nous sommes en compétition avec Edmonton, a-t-il dit. Ils ont une course depuis 15 ans, mais je pense que Montréal a un site exceptionnel qui se distingue de n’importe quelle ville au Canada ou en Amérique du Nord avec le Vieux-Port.»

La route et l’eau
La portion à vélo sera disputée sur la rue Notre-Dame. M. Brunet pense que la rue sera en assez bon état pour accueillir les coureurs. «Nous sommes en discussion avec la ville. Ils vont faire les travaux de réparation nécessaire pour que ce soit de calibre international.»

Même chose pour l’eau du bassin Jacques-Cartier, où les coureurs feront trempette. Des tests ont été effectués en août 2015 et les résultats répondaient aux exigences de l’ITU. M. Brunet s’attend à ce que ce soit encore le cas cette année.

Le parcours
La course commencera par une boucle de 750 m ou 1,5 km dans le bassin Jacques-Cartier.

Elle se poursuivra sur un circuit de vélo de 5 km ou 10 km sur la rue Notre-Dame. Elle se terminera sur une boucle de course à pied de 1,65 km ou 2,5 km du Quai de l’horloge à la rue Royer Ouest.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!