Archives/TC Media

MONTRÉAL – Ismaël Habib, qui fait face à une accusation d’avoir tenté de quitter le Canada pour participer à une activité terroriste à l’étranger, restera détenu jusqu’à son procès.

Le tribunal en a décidé ainsi à l’occasion de son enquête sur remise en liberté, jeudi à Montréal.

Habib, 28 ans, né d’un père afghan et d’une mère québécoise, est aussi accusé d’avoir fait une fausse déclaration dans le but d’obtenir un passeport.

L’homme était présent dans le box des accusés; il portait un pendentif en forme de croix. Sa comparution a été brève et il n’a pas prononcé un seul mot.

La Couronne a fait entendre un seul témoin, un policier de la Gendarmerie royale du Canada faisant partie de l’équipe intégrée en matière de sécurité nationale. Son témoignage est toutefois frappé d’un interdit de publication.

La défense a décidé de ne pas présenter de preuve.

Me Lyne Décarie, de la Couronne fédérale, a expliqué que lorsqu’une personne est accusée en vertu de l’article 83 du Code criminel, le fardeau de la preuve est renversé. Il appartient alors à l’accusé de démontrer qu’il devrait être remis en liberté. «C’était son fardeau; il ne s’en est pas déchargé», a résumé Me Décarie.

Après avoir entendu les parties, le juge a finalement ordonné qu’il reste en détention jusqu’à la tenue de son procès. Il est d’ailleurs en détention depuis son arrestation.

Habib, un résidant de Gatineau, avait été arrêté à la fin du mois de février.

L’accusation d’avoir tenté de quitter le Canada pour participer à une activité terroriste a été ajoutée au Code criminel en 2013. Elle peut entraîner une peine maximale de 10 ans derrière les barreaux.

(Collaboration Cogeco Nouvelles)

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!