Le premier centre d’entretien de l’Agence métropolitaine de transport (AMT) a officiellement ouvert ses portes vendredi.

Situé au même endroit que l’ancienne gare de triage Sortin, dans le quartier industriel de Lachine, il reçoit depuis le mois dernier les trains de banlieue qui circulent sur le réseau du Canadien Pacifique (CP) et qui desservent les lignes Candiac, Saint-Jérôme et Vaudreuil-Hudson. Jusqu’à 14 trains peuvent y être stationnés pour faire l’objet d’une réparation majeure, d’un entretien ou d’un simple nettoyage.

«[Le centre d’entretien] est assez éloigné des résidences pour éviter les plaintes» – Claude Dauphin, maire de Lachine.

Ce centre d’entretien remplacera celui qui se trouvait dans les installations du CP à Côte-Saint-Luc. «C’était coûteux, a dit le chargé de projet de l’AMT, Raynald Massé, sans avancer de chiffres. Il y a des économies d’échelle dans le fait qu’on puisse tout centraliser à un seul endroit. Il n’y a plus de déplacement inutile ou de perte temps.»

L’AMT n’a pas été en mesure de préciser les économies qui pourraient être engendrées par l’ouverture de ce centre d’entretien.

Inspection des trains
Tous les trois mois, les trains de l’AMT sont inspectés en profondeur. Un espace a été aménagé dans le nouveau centre d’entretien pour ces examens mais aussi les réparations majeures. Deux locomotives et deux voitures peuvent y être garées. Une table élévatrice peut être utilisée pour le remplacement de roues, de moteur à traction ou de bogies. «Ça nous donne beaucoup de flexibilité», a dit M. Massé.

Entretien mineur
Dans un atelier de service, une voie ferrée a été surélevée afin de permettre aux employés de l’AMT d’examiner les dessous des trains. Sur cette même voie, il est possible de remplacer des composantes du système de climatisation, de faire une vidange d’huile et de changer une roue, dont la durée de vie est en moyenne de cinq à six ans. Cette dernière tâche était, auparavant, effectuée en l’espace de deux jours puisque le train devait être décomposé. Elle le sera en moins de deux heures dans le nouveau centre d’entretien.

Le lave-train
Un lave-train, qui s’étend sur 120 mètres, a été construit dans le premier centre d’entretien de l’AMT. En moins de cinq minutes, l’extérieur d’un train composé d’une locomotive et de dix voitures est complètement nettoyé. Il est aspergé d’acide pour prévenir la rouille, nettoyé avec de l’eau composée à 80% d’eaux recyclées et séché avec d’énormes ventilateurs industriels. Auparavant, quatre employés de l’agence gouvernementale faisaient le même travail en l’espace de huit heures. Les trains de l’AMT sont lavés environ deux fois par mois.

Aussi dans Montréal :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!