Gracieuseté Luc Jacob retournera devant le tableau afin d'enseigner les arts plastiques à l'automne.

Le président du conseil d’administration du Syndicat de l’Enseignement de l’Ouest de Montréal (SEOM), Luc Jacob, a remis sa démission mercredi, après 8 ans au sein de l’organisation.

«Les raisons de cette démission sont personnelles et familiales. Cette décision, bien que très difficile, fut longuement réfléchie», explique le président qui restera en fonction jusqu’au 30 juin. Son mandat initial prévoyait qu’il quitte son poste en mai 2017. La vice-présidente du SOEM, Mélanie Hubert, assurera l’intérim à partir du mois de juillet.

Bien qu’il tire sa révérence et retourne enseigner, M. Jacob reste un syndicaliste convaincu. «Il est grandement temps que notre emploi soit valorisé par la classe politique ainsi que nos patrons, et ça passe par l’autonomie professionnelle», soutient-il.

Selon lui, les gestionnaires du système scolaire en imposent trop aux enseignants alors qu’ils doivent déjà respecter les programmes du ministère de l’Éducation.

Après 30 ans dans le milieu scolaire, M. Jacob estime que les professeurs de l’ouest font face à des défis de plus en plus grands. «À la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, environ  60% de notre clientèle provient de minorités ethniques, dont les niveaux de scolarité diffèrent grandement selon leur pays d’origine. La pluralité ethnique c’est intéressant, mais ça amène d’autres défis», croit-il. Il souligne aussi que les services de soutien aux élèves en difficulté d’apprentissage ont été réduits par les compressions budgétaires du gouvernement.

En mars dernier, M. Jacob n’a pas appuyé l’entente de principe négociée par la Fédération autonome de l’enseignement avec Québec.

«L’objectif des négociations était d’améliorer le sort quotidien des enseignants. Le statu quo ne permet pas de l’atteindre», déplore le militant, bien qu’il soit satisfait du mandat qui lui avait été accordé lors des revendications.

Le SEOM représente environ 6 000 enseignants primaires et secondaires montréalais.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!