Il y a 124 ans, Montréal n’avait qu’un seul pont, Le Plateau était dédié à l’agriculture et on se souciait plus des embâcles géants que des nids-de-poule. Voici un petit retour dans le passé pour vérifier une fois encore que l’histoire a tendance à se répéter.

Île Sainte-Hélène
L’île Sainte-Hélène est LE premier grand parc public mont­réalais. Le complexe mili­taire britannique utilisé pour prévenir les invasions améri­caines a été cédé au gouver­nement canadien avant d’être partiellement transformé en parc en 1874. Il ne restera accessible que par bateau jusqu’à l’inauguration du pont Jacques-Cartier, en 1930. «Peu de gens le savent, mais il reste encore un cimetière militaire sur l’île», souligne Tyler Wood, du Centre d’histoire de Montréal.

Parc Jeanne-Mance
Les limites de Montréal s’arrêtent un peu au nord de la rue Napoléon, et la zone au-dessus de la rue Sherbrooke était encore essentiellement agricole. Dans ce qui est aujourd’hui le parc Jeanne-Mance se trouvait le site d’une exposition agricole et industrielle. L’expo est alors située dans la ville de Saint-Louis (l’actuel Mile-End) qui, endettée, sera alors annexée en 1909 par la Ville de Montréal, comme plusieurs autres villages avant et après lui. L’étalement urbain était donc déjà à l’œuvre.

Jetée MacKay
À la fin du XIXe siècle, le port de Montréal est encore vulnérable aux embâcles géants comme celui de 1886. Le dragage des fonds, afin d’accueillir des navires de plus grande capacité, a néanmoins permis de créer, dès 1898, une sorte de digue capable de protéger le port l’hiver. C’est là qu’est aujourd’hui construit Habitat 67. «On a peut-être un peu exagéré la circulation des bateaux sur ce dessin (photo de gauche), qui avait à l’époque l’objectif publicitaire de souligner l’activité économique florissante de la ville», selon M. Wood.

Square Viger
Le square Viger existait déjà en 1892. «C’était l’un des plus beaux parcs urbains de Montréal, sou­ligne l’historien. On y trouve no­tamment des serres victoriennes et il fait le bonheur des résidants huppés du quartier. Il sera en partie coupé par le prolongement de la rue Berri, puis par la construction de l’autoroute Ville-Marie, avant d’être réaménagé en 1985, mais sans retrouver son succès d’antan. Comme quoi, une mauvaise décision urbanistique peut devenir une plaie pendant plusieurs années.

Pont Victoria
Le pont Victoria était, à l’époque de son inauguration en 1859, le plus long pont ferroviaire au monde. «Mais ce pont tubulaire en bois se prêtait mal à la l’arrivée des trains fonctionnant au charbon, qui dégageaient quand même beaucoup de fumée», explique Tyler Wood. Il perdit donc rapidement sa couverture de bois en 1898. Près de 160 ans plus tard, certains déplorent que l’élaboration du futur pont Champlain ne prenne pas en compte l’arrivée prochaine des autos sans chauffeur.

ACTU - Montréal 1892

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!