Les Films du 3 mars Une image tirée du film Un amour d'été.

L’été, après sa fermeture officielle à 23h, le parc du Mont-Royal continue de foisonner d’activité. Des groupes et des couples de jeunes y philosophent sur leurs amours, se regardent en silence, chantent autour d’un feu. Le réalisateur Jean-François Lesage a capté cette atmosphère nocturne dans son film Un amour d’été.

Jean-François Lesage a été étonné de la facilité avec laquelle il a pu entrer dans l’intimité de centaines de personnes, muni de sa caméra pendant un mois en août 2013. «Les Montréalais sont ouverts et généreux», en a-t-il conclu en entrevue avec Métro.

L’intrus leur disait qu’il tournait un film intitulé Un amour d’été, ils acceptaient de se faire filmer et ils prenaient quelques minutes pour être à l’aise. Leurs conversations reprenaient ensuite leur cours normal, sous la lentille attentive de M. Lesage.

«J’y ai trouvé de beaux moments. Des moments de rêverie, de tendresse, a raconté le cinéaste. Il était souvent question d’amour. C’est un sujet qui préoccupe et intéresse tout le monde.»

Complexe d’Œdipe, concept d’âmes sœurs, relations amour-haine, jalousie, tout y passe, entre les passages de ratons-laveurs et le ballet de lampes de poche.

«Les jeunes Montréalais y croient encore, à l’amour, mais ils ne se content pas d’histoires sur les complications qui y sont reliées», constate François Lesage.

«On souffre tellement pendant l’hiver que notre été est euphorique.» – Jean-François Lesage, cinéaste

Ce dernier a aussi réalisé à quel point la montagne est un lieu rassembleur. «Il y a une grande diversité culturelle, linguistique et sociale. C’est un endroit de vivre et laisser vivre. On s’y sent en sécurité, même à 4h du matin», a-t-il souligné.

Pendant un mois, les occupants n’ont été inquiétés qu’une fois par les policiers et invités à quitter le parc. «J’espère qu’il n’y aura pas plus de présence policière suite à mon film, a plaisanté le réalisateur. C’est une tolérance positive, parce qu’il n’y a pas grand chose de dangereux qui s’y passe.»

Le long métrage Un amour d’été est à l’affiche jusqu’au 9 juin à la Cinémathèque québécoise. Il est précédé du court métrage Métro de Nadine Gomez, qui présente un regard tendre et poétique sur le métro de Montréal.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!