Collaboration spéciale John Xanthoudakis, Lino Matteo et Ronald Weinberg

C’est le début de la fin pour ce volet criminel concernant la maison de production d’animation Cinar, alors que son fondateur et deux ex-courtiers se retrouvent présentement derrière les barreaux, après avoir été déclarés coupables d’une fraude de plus de 120 millions de dollars.

Le plus long procès devant jury de l’histoire du Canada achève. L’ex-PDG Ronald Andrew Weinberg s’est fait passer les menottes, ainsi que les ex-courtiers qui ont participé à un détournement de fond vers les Bahamas, John Xanthoudakis et Lino Pasquale Matteo. C’est ce qu’en a décidé les 11 membres du jury.

L’annonce du verdict s’est fait très rapidement. La présidente s’est levée et a prononcé la décision : coupables. Plusieurs membres de la famille de M. Weinberg, soit sa femme, sa sœur et ses deux fils, ont assistés à son incarcération.

Visiblement attristés et secoués, ils ont dû quitter la salle alors que les accusés prenaient le chemin de la détention.

Cet emprisonnement provisoire a été ordonné par le juge Pierre Labrie de la Cour supérieure. Selon la Couronne, qui n’avait aucunement fait cette demande, cette décision se réfère probablement à un risque élevé de fuite en dehors du pays.

Les accusations

Quatre co-accusés ont été arrêtés en 2011 sous des chefs de fraude, production de faux documents et utilisation de faux documents entre 1997 et 2005. De ces quatre, un comptable, M. Hasanain Panju, a plaidé coupable et a accepté de témoigner pour la Couronne. Il avait alors écopé d’une peine de 4 ans de prison.

Ronald Andrew Weinberg, représenté par Me Annie Émond, a été reconnu coupable de 9 des 16 chefs dont il était accusé. Ex-PDG de Cinar, il a co-fondé la maison de production avec feu Micheline Charest, qui était aussi sa conjointe. Il a témoigné pour sa défense.

John Xanthoudakis était un ex-dirigeant de la firme de courtage Northshield, compagnie qui a fait faillite peu de temps après les faits reprochés. Représenté par Me Isabelle Lamarche, il a lui aussi témoigné pour sa défense. C’est le seul accusé qui a été reconnu coupable de tous les chefs le concernant, soit 17.

Lino Pasquale Matteo se représentait seul et n’a pas témoigné. Il était PDG de la firme de courtage Mount Real, qui a aussi fait faillite après 2005. Il a été reconnu coupable de 9 chefs sur 11.

Le procès devait durer 5 mois et s’est finalement étiré sur deux ans. Trois membres du jury sur 14 ont quittés en cours de route. Une juré a même eu le temps de tomber enceinte et d’accoucher. Il aura fallu 5 jours pour qu’ils prennent une décision.

Les réactions

«On est très satisfait», a scandé Me Matthew Ferguson, qui représentait la Couronne. Il ajoute: « Dans les circonstances, c’est un verdict qui se tient, qui est très raisonnable ». Questionné sur comment lui et Me Céline Bilodeau, aussi de la Couronne, réagissent émotionnellement après deux ans, il a répondu: «On est un peu pris par surprise, aujourd’hui. On ne s’y attendait pas, on pensait que ça allait être un délibéré très long». Me Bilodeau a complété:  «Ça démontre qu’un procès par jury, même dans une cause de fraude qui paraît complexe, qui paraît épouvantable, ça veut dire que des citoyens sont capables de comprendre l’histoire […] Ils ont mis les pièces ensemble et après deux ans de procès, le verdict est tombé quand même assez vite.»

Rejoins par le biais des réseaux sociaux, Hélène Desputeaux, la créatrice du célèbre Caillou, poursuit présentement Chouette/Héritage, une entreprise reliée à Cinar, dans une cause concernant les droits d’auteurs. Elle a accepté de commenter: «À chaud comme ça, sans avoir lu quoique ce soit, je vous dirais qu’il y a quelques millions de caillou dans cette histoire-là…même si personne le dit et l’admet. Un caillou sur lequel j’ai tous les droits. Et la triste série produite par Cinar est diffusée à Radio-Canada et je suis toujours devant la Cour, toute seule.»

Les accusés, qui risquent 10 ans de prison, seront de retour devant les tribunaux lundi prochain, le 6 juin, pour les représentations sur sentence.

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!