Ville de Montréal Les 27 bancs de granite seront décorées d'«écrits inspirés» et de cartes tridimensionnelles donnant des informations sur le mont Royal.

Le Conseil du patrimoine de Montréal (CPM) avait remis en question la qualité du projet de la Ville de Montréal prévoyant l’installation de 27 bancs de granit au coût de 3,4M$ au parc du Mont-Royal.

Ces bancs de granit, qui doivent être installés à plusieurs endroits sur le mont Royal dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal, ont fait réagir l’opposition officielle Projet Montréal cette semaine qui critique «l’absence de plus-value» à ce projet que le parti juge trop cher. Le maire de Montréal justifie cette dépense importante par le fait que ce soit «une œuvre d’art» qui permettra à Montréal «de se donner une signature».

Dans une analyse datant du 12 novembre 2015, bien qu’il ne remette pas en question le coût du projet, le CPM émet des craintes quant aux plans et leur utilité.

Il reconnaît que ces installations pourraient permettre aux visiteurs de découvrir des endroits méconnus de la montagne, mais «le CPM réitère sa crainte que l’ajout d’objets supplémentaires sur la montagne ne résulte en un effet de surcharge par rapport à ce qui est déjà présent et à venir», dit-il dans son analyse.

À l’égard de ces 27 bancs de granit, le CPM remet en question l’utilité de ces aménagements. «Bien qu’il soit tout à fait justifié de prévoir des lieux pour s’asseoir et contempler à certains endroits sur la montagne, les haltes sont prévues dans les endroits où aucun aménagement ne se trouve; par conséquent, n’est-il pas souhaitable de conserver certains lieux non aménagés, où le visiteur peut découvrir les lieux à son aise? La montagne […] ne devrait-elle pas être le moins aménagée possible de manière, également, à éviter d’altérer son potentiel archéologique?», ajoute le document signé par le vice-président du CPM Pierre Gauthier.

L’organisme juge qu’il serait préférable que le design des bancs «se fonde le plus possible à la topographie du site». «Pour le CPM, le fait de modifier [la montagne], bien que de manière très subtile, pour créer des bancs apparaît problématique», insiste le CPM.

Il questionne également l’installation de ces bancs dans le cimetière Notre-Dame-des-Neiges, tel que le prévoit le projet. «Un cimetière n’appelle pas à de tels aménagements paysagers à la manière de parcs. Il croit que le caractère des haltes dans le cimetière devrait être revu et adapté afin de respecter la solennité des lieux.

Réal Ménard, responsables des grands parcs au comité exécutif, tient quand à lui à rappeler que le CPM a produit un avis favorable aux projet et qui « souligne la qualité du travail ainsi que la très grande sensibilité qui a guidé le projet ». « L’Administration juge que les commentaires formulés par le CPM sont constructifs et qu’il exerce pleinement son rôle en formulant des recommandations qui viset à enrichir le projet », a réagi M.Ménard.

Lettre au ministre

Le ministre de la Culture, Luc Fortin, doit toujours apposer le sceau final au projet.

Deux élus de Projet Montréal, Alex Norris et Anne-Marie Sigouin, ont transmis une lettre au ministre, vendredi, lui demandant d’imposer un veto au projet de la Ville. Ils soutiennent que ces bancs s’intègrent mal au paysage et que le mont Royal ne devrait pas être altéré.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!