JASON FRANSON / La Presse Canadienne

PRINCE ALBERT, Sask. — La municipalité de Prince Albert, qui a dû fermer ses conduites d’eau à la suite d’un déversement de pétrole dans la rivière Saskatchewan Nord, dit avoir reçu 5 millions $ de la société Husky Energy, lundi.

Les autorités municipales indiquent que ce premier paiement leur permettra de rembourser les coûts directs du déversement de 250 000 litres de pétrole mélangé à un hydrocarbure plus léger survenu près de Maidstrone, en Saskatchewan, en juillet. L’argent servira aussi à compenser les pertes indirectes subies à cause de cet accident environnemental.

La Ville a dû suspendre son service d’approvisionnement en eau. Elle a dû construire deux canalisations temporaires afin de desservir sa population.

Une facture d’environ 2,5 millions $ a été envoyée à Husky (TSX:HSE). Prince Albert estime que les coûts d’entretien des deux canalisations dépasseront les 2 millions $ par mois.

On ignore encore quand l’eau de la rivière redeviendra propre à la consommation pour la population des villes de Prince Albert, de North Battleford et de Melfort.

Le maire de Prince Albert, Greg Dionne, a déclaré que les 5 millions $ démontrent que Husky Energy a vraiment l’intention d’assumer les coûts du déversement.

«Husky Energy s’est engagée dès le début à assumer l’entière responsabilité du déversement et à rembourser tous les coûts qui y sont associés. Ce premier paiement indique bien que l’entreprise a vraiment l’intention de respecter cette promesse», a-t-il dit.

Par ailleurs, l’agence de l’eau de la Saskatchewan (WSA) a indiqué que les 21 échantillons collectés à la rivière les 4 et 5 août respectaient tous les normes nationales et provinciales sur la qualité de l’eau potable.

Toutefois, certains d’entre eux ont excédaient les normes établies pour la vie aquatique en eau fraîche.

En se fiant sur ces dernières données, un porte-parole de l’agence, Sam Ferris, s’est dit «raisonnablement optimiste» de voir la réouverture des conduites d’eau dans un avenir rapproché.

«On peut parler de semaines et non plus de mois», a-t-il déclaré.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!