Alors que le gouvernement du Québec s’apprête à renouveler son engagement d’accueillir annuellement environ 6000 réfugiés sélectionnés à l’étranger pour les trois prochaines années, plusieurs organismes réclament que le ministère de l’Immigration améliore son rôle de coordination.

Lundi et mardi, à Montréal, des représentants d’organismes communautaires, d’organismes de parrainages et de plusieurs ministères ont fait le bilan de l’accueil et l’intégration des réfugiés syriens depuis décembre dernier et proposé des pistes d’amélioration des services qui leur sont offerts. Ces derniers n’ont toutefois pas pu baser leurs réflexions sur des statistiques concrètes. Impossible d’avoir accès à des chiffres, que ce soit au sujet de l’emploi ou du bilan de santé.

«Il faut mieux documenter, compiler, analyser la situation», a estimé Stephan Reichold, directeur de la Table de concertation des organismes pour réfugiés et immigrants de Montréal (TCRI).

Ce fait illustre notamment le besoin de coordination et de communication entre les nombreux joueurs alors que le nombre de réfugiés sélectionnés à l’étranger continuera vraisemblablement à être plus du double de celui qui prévalait avant 2015. En plénière hier, plusieurs voix se sont élevées pour que le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) assume pleinement ce rôle.

«Pour exercer son leadership au sein du gouvernement, il faut mener un exercice structurant comme on vient de le faire», a réagit la ministre Kathleen Weil.

Plusieurs ont également revendiqué que les budgets et mesures temporaires mis en place pour les réfugiés syriens depuis décembre, comme les bilans de santé et l’octroi rapide des divers documents d’identité, soient maintenus et étendus à tous les réfugiés. «On ne veut plus qu’il y ait deux classes de réfugiés», a souligné M. Reichold.

En effet, il est prévu par le MIDI que les deux tiers des réfugiés sélectionnés à l’étranger pour leur vulnérabilité, notamment dans les camps de réfugiés, viennent d’ailleurs que la Syrie à partir de 2017.

Un comité de suivi sera formé par le gouvernement pour donner suite aux recommandations qui ont été émises lors de la consultation.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!