CALGARY — Un juge albertain a confirmé la décision de la Commission des droits de la personne de la province qui avait jugé une école privée coupable de discrimination parce qu’elle avait refusé de permettre à deux élèves musulmans de prier.

L’organisme avait condamné en 2015 la Webber Academy, un établissement scolaire de Calgary, à une amende de 26 000 $.

Les deux adolescents, qui étudiaient respectivement en troisième et quatrième secondaire, avaient déclaré, lors de leur témoignage, que la prière était obligatoire pour un musulman sunnite.

L’école, qui a porté la décision en appel devant la Cour du banc de la Reine de l’Alberta, a dit avoir prévenu les parents des deux élèves qu’elle était non confessionnelle et qu’elle ne disposait pas d’espace pour la prière.

Dans son jugement, le juge Glen Poelman écrit que les écoles publiques et privées doivent respecter les lois sur les droits de la personne. Il rappelle que la discrimination est permise seulement si elle peut être raisonnable et justifiée en vertu de principes bien établis.

Il conclut que la Commission des droits de la personne n’a pas erré dans son jugement et que la peine qu’elle a infligée à l’école est raisonnable.

La Webber Academy n’a pas rappelé La Presse canadienne.

Le président du Conseil suprême islamique du Canada a applaudi la décision du juge.

«Je suis d’accord avec cette décision parce que ces jeunes garçons ne faisaient qu’exercer leurs droits. Leurs droits doivent être respectés, a déclaré Syed Soharwardy. Ils ne causent aucun problème. Ils ne nuisent à personne. Ils ne font que prier. Nous devons respecter les droits reconnus à tous les citoyens canadiens. Ils ont le droit d’exercer leur religion.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!